Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

"Sept bonnes raisons de lire « La mémoire des sols » de Simon Pomel"

Pomel, Simon, 2008.- La mémoire des sols. Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, Scietren, 344 p.

 

Pomel Sols

 

Voilà quelques raisons valables pour lire ce livre :

 

1)  tout le monde a une relation avec les sols sans vraiment toujours en avoir pris conscience ; les sols à défaut de faire partie de tous nos quotidiens s'exposent en effet pudiquement  à nos regards dans les paysages (on en voit en effet que leur partie superficielle) ;

 

2)  c'est un ouvrage novateur : les sols y sont vus comme des enregistreurs de ce qui s'est passé autrefois aussi bien d'un point de vue humain qu'environnemental (même s'il n'y a pas antagonisme entre les deux termes) ; il y a donc là une approche originale des sols qui plaira à beaucoup ; 

 

3)  c'est un  ouvrage clair sur un sujet difficile, écrit par un vrai spécialiste, géographe, directeur de recherche au CNRS, ayant une grande expérience du terrain, notamment dans les régions tropicales et subtropicales ;

 

4)  c'est un ouvrage bien illustré, ce qui n'est pas anecdotique vu que le sujet n'est pas facile : 120 figures le plus souvent en couleur et pleine page, incluant des photographies ;

 

5)  il y a un lexique en fin d'ouvrage pour permettre de s'y retrouver dans les termes techniques ... et il y en a beaucoup en pédologie (la science des sols) ;

 

6)  les sols sont le plus souvent le parent pauvre de notre connaissance de l'environnement ... et ils le sont chaque jour davantage : des ouvrages y sont consacrés mais réservés à des spécialistes ; combien parmi nous ont sérieusement lu le Duchaufour (c'est le livre de référence d'initiation à la pédologie) ?

Aujourd'hui les étudiants en licence de géographie (je ne parle même pas de ceux d'histoire dont l'ouvrage montre bien qu'ils sont directement concernés) n'ont plus aucune initiation à la science des sols : celle-ci est désormais confinée aux écoles d'agronomie ce qui est largement insuffisant ;

 

7)  les sols devraient faire partie de notre patrimoine mais au lieu de ça, on les dégrade et les détruit sans vergogne ; de notre époque les sols retiendront certainement une dynamique insensée de destruction !

 

 

Jean-Michel Lebigre, octobre 2011