Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #geomorphologie tag

Barkhanes

Publié le par Jean-Michel Lebigre

C'était avant l' "opération barkhane". Peu connaissaient alors ce mot. Les barkhanes sont des dunes à forte dynamique. Elles ont la forme d'un croissant dont les deux pointes se dirigeraient dans le sens du vent. Le versant sous-le-vent est abrupt et sans consistance. Le versant au-vent est nettement plus solide (important quand on fait le Dakar !) et en pente douce. Les barkhanes qui ont une hauteur variant entre quatre et une vingtaine de mètres, ont besoin d'une surface indurée pour se mettre en place et se déplacer. On en observe dans les grands déserts sableux comme le Sahara et sur les littoraux comme à Madagascar ou plus proche de nous, en Gironde. Mais les barkhanes du littoral landais sont anciennes et fossilisées par la végétation. On sait maintenant par ailleurs que la surface de Mars comporte des barkhanes à déplacement rapide.
 
Première édition : 18 juin 2009, actualisée
Croquis

Croquis

Barkhane à Tuléar

Barkhane à Tuléar

Barkhanes en Namibie (Google earth)

Barkhanes en Namibie (Google earth)

Barkhanes au Pérou non loin de Nazca (Google earth)
Barkhanes au Pérou non loin de Nazca (Google earth)

Barkhanes au Pérou non loin de Nazca (Google earth)

Delta de la Linta (Google earth)

Delta de la Linta (Google earth)

Voir les commentaires

Les milieux rupicoles

Publié le par Paesaggio

Fourrés rupicoles à Pandanus sur récifs soulevés à Yaté en Nouvelle-Calédonie

Fourrés rupicoles à Pandanus sur récifs soulevés à Yaté en Nouvelle-Calédonie

Voilà un nom barbare : "rupicole". Du latin rupes (roche) et colere (habiter), cela signifie "qui vit sur les rochers". Cela ouvre donc sur une quantité de milieux et d'êtres vivants fort différents les uns des autres mais ayant en commun la difficulté de vivre dans des conditions extrêmes. Que la surface soit horizontale, inclinée ou verticales, il faut se faire une place sur la pierre en profitant d'anfractuosités ou d'outils permettant de s'agripper comme les ventouses de la vigne vierge. Il existe d'ailleurs une myriade de termes synonymes ou presque, aujourd'hui moins de moins utilisés : rupellaire, rupestre, saxicole, chasmophile, et j'en passe.

Il y a d'abord les milieux carbonatés, propices à la karstification. Je pense aussitôt aux forêts de pierre chinoises, aux tsingy de Madagascar ou aux tourelles de la baie d'Along au Vietnam, mais aussi à Montpellier-le-Vieux, plus proche de nous. En fait des centaines de milliers d'exemples.

Il y a aussi les roches cristallines acides comme les granites. Sur les "dômes rocheux" en "pains de sucre" de Rio de Janeiro ou de Yaoundé des lichens rampent et même des buissons s'établissent à la faveur de vasques.

Il ne faut pas oublier les roches volcaniques, en particulier les coulées de lave basaltique et les tufs volcaniques qui au bout de quelques décennies s'altèrent pour donner des sols fertiles. C'est ce qui s'est passé sur le Krakatoa après son explosion.

Il y a aussi les milieux littoraux où la roche est décapée par l'eau salée aux hautes mers et lors des tempêtes : falaises où s'agrippent des plantes promises à la chute, mangroves sur platier rocheux, notamment les platiers coralliens.

Un peu à part, il faut parler de la roche dont sont faits nos bâtiments et nos monuments. Nombreux sont les organismes qui montent à l'assaut des grattes-ciel et des monuments aux morts. Ces roches viennent de carrière qui elles aussi sont soumises à la végétation rupicole.

Les colonisateurs les plus coriaces sont les bactéries, les algues et les lichens. Mais les mousses, les fougères et les Graminées se débrouillent bien. Dans des successions écologiques, ils vont laisser la place à des ligneux appartenant à une multitude de familles. Il est vrai qu'il y a une autre contrainte, la contrainte climatique. Les espèces de plantes pionnières sont plus nombreuses à l'équateur que dans les déserts chauds et les déserts froids !

 

Dans les tsingy de Madagascar s'est établie une belle végétation rupicole

Dans les tsingy de Madagascar s'est établie une belle végétation rupicole

Végétation rupicole à cladonies sur les cuirassements issus de l'altération des péridotites riches en nickel (Goro, Nouvelle-Calédonie)

Végétation rupicole à cladonies sur les cuirassements issus de l'altération des péridotites riches en nickel (Goro, Nouvelle-Calédonie)

Maquis rupicole sur les granites en boules de la Sierra de Gredos en Espagne

Maquis rupicole sur les granites en boules de la Sierra de Gredos en Espagne

Voir les commentaires

Le Cão Grande de l'île de São Tomé

Publié le par Paesaggio

Le Cão Grande de l'île de São Tomé

Voilà un bel exemple de neck: c'est un relief volcanique, généralement les restes d'une cheminée emplie de lave acide. Le Cão Grande [le grand chien] culmine à 663 mètres et domine les collines avoisinantes d'environ 300 m. La forêt pluviale qui les couvre y est encore discontinue.

Voir les commentaires

Fogo, une île volcanique subaride au-dessus de l'Atlantique

Publié le par Paesaggio

Fogo, une île volcanique subaride au-dessus de l'Atlantique

Avec ses 2 829 mètres pour seulement 476 km2, Fogo est assurément une des plus prodigieuses îles volcaniques du monde comportant un volcan actif. Le rapport entre la surface de l'île et l'altitude est un des plus forts observables. Comparez :

île surface km2 altitude en mètres actif
Tahiti (Polynésie Française) 1 042 2 241 non
Grande Hawaii (EU) 10 300 4 207 oui
Grande Comore 1 024 2 361 oui
Lombok (Indonésie) 4 700 3 726

oui

Ternate (Indonésie) 75 1 715 oui
Ambrym (Vanuatu) 676 1 334 oui
Stromboli (Italie) 126 926 oui
Vulcano (Italie) 21 499 oui
Lanzarote (Espagne) 845 670 oui

 

 

 

La petite ville de São Filipe, en-dessous du volcan : un cadre romanesque mais de terribles famines historiques. Il ne tombe en moyenne que 270 mm de précipitations annuelles.

La petite ville de São Filipe, en-dessous du volcan : un cadre romanesque mais de terribles famines historiques. Il ne tombe en moyenne que 270 mm de précipitations annuelles.

Sur Google earth

Sur Google earth

Ce stratovolcan est né sur le plancher océanique à 3 200 mètres de profondeur, il y a environ 4,5 millions d'années. Les dernières éruptions datent de 1951, 1995 et 2014-15. Dans une grande caldeira sommitale de Chã das Caldeiras s'élève le Pico de Fogo. Elle s'est formée il y a 70 000 années provoquant un mégatsunami de 170 mètres de hauteur sur l'île de Santiago. Angoissant, n'est-ce-pas ?

Le Pico de Fogo et la caldeira : une aire protégée
Le Pico de Fogo et la caldeira : une aire protégée
Le Pico de Fogo et la caldeira : une aire protégée

Le Pico de Fogo et la caldeira : une aire protégée

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>