Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Bouscat, banlieue hippique et tauromachique de Bordeaux

Publié le par Paesaggio

Le Bouscat [44°52'N -0°36'E] n'est plus un "petit bois" (étymologie) mais une commune résidentielle de l'agglomération bordelaise, peuplée de plus de 24 000 habitants. Les amateurs de lapins connaissent bien son nom par le biais de la race "Géant du Bouscat".

Son
hippodrome, le seul de l'agglomération, date de 1836. Il peut recevoir 1 200 personnes. A partir de 1921, la ville fut renommée pour ses arènes mais celles-ci, vétustes, ont été fermées en 1961 puis démolies.

Bouscat JML dec2009 002
La mairie : un relooking parisien à discuter

Bouscat JML dec2009 001
L'église Sainte-Clotilde : belle et racée sans être ancienne

Bouscat JML dec2009 008
L'habitat en échoppes, une tradition bordelaise

Voir les commentaires

Reflets dans un Pavillon d'or (金閣寺 : Kinkakuji)

Publié le par Paesaggio

S'il est bien un lieu mythique dans une ville qui n'en manque pourtant pas, c'est le Temple du Pavillon d'or à Kyôto, sans doute en partie grâce à un des très grands écrivains japonnais, Yukio Mishima (1925-1970). Il écrivit en 1956 un roman  intitulé "Le Pavillon d'or"  à partir d'un évènement célèbre. En juillet 1950, un jeune homme, à la fois moine et étudiant à l’université Otani, mit le feu au Kinkaku-ji qui se consumma entièrement. Cette personne aurait, selon la presse, voulu mourir dans les flammes. Le pavillon a été reconstruit presque aussitôt.

C'est un shogun qui fit construire pour lui vers 1397  à l'orée d'une forêt, ce qui était à l'origine un palais. Mais à sa mort, conformément à ses dernières volontés, ce palais  devint l'une des composantes d'un grand temple Zen de l'école Rinzai. Sur le toit, on peut voir un fenghuang, le « phoenix chinois ».

Le Kinkakuji attire même l'hiver chaque jour des milliers de touristes, sans parler des pélerins lors des Fêtes.

kyoto JMLdec2008 025
kyoto JMLdec2008 024
kyoto JMLdec2008 029

Voir les commentaires

A Kismayo, ville de Somalie, une baie-méduse

Publié le par Paesaggio

Difficile de trouver une baie à la forme si parfaite. Vu d'un satellite, sur l'image Google Earth, cela donne une sorte de gigantesque méduse. De part et d'autre, deux tombolos s'accrochant à des caps rocheux qui pourraient correspondre aux lambeaux insulaires d'un gros arrecife soulevé. Echelle : L = 4 000 mètres.

SOM Kismayo GE 600m

Voir les commentaires

Araucaria araucana (Molina) K.Koch, en guise d'arbre de Noël

Publié le par Paesaggio

Araucaria araucana (Molina) K. Koch a été chronologiquement la première espèce connue de la famille des Araucariacées. C'était au Chili ; les Indiens Araucan sont à l'origine du nom du genre et de l'espèce de ce très beau Conifère à feuilles en écailles imbriquées. Originaires des Andes chiliennes, ces Amérindiens appelés également Mapuche ont résisté aux Incas puis aux Conquistadores qui ne réussirent pas à les soumettre. Mais vers 1880, le Chili entreprit des guerres de conquête contre ces Araucan qui vivaient dans des forêts de montagne formées de Nothofagus et d'Araucaria, difficilement pénétrables. Ces guerres firent des dizaines de milliers de morts chez les Araucan, victimes d'un véritable génocide. Depuis le début du XIXe siècle, ces conifères sont plantés en Europe. Curieusement, un importateur anglais les dénomma "désespoir des singes" : il croyait qu'il y avait des singes au Chili et que ceux-là ne pouvaient monter sur leurs branches couvertes d'écailles piquantes !

Pour rappel l'essentiel des espèces du genre Araucaria est endémique de la Nouvelle-Calédonie.

Ce magnifique spécimen se trouve à Frossay (44) dans le jardin du Logis de Saint-Front.

Frossay JML dec2009 096

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>