Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #paysages urbains tag

Utrillas ville minière d'Aragon

Publié le par Paesaggio

Utrillas ville minière d'Aragon

Dans la province de Teruel, la petite ville d'Utrillas (3 500 habitants aujourd'hui), dominée par son clocher mudejar,  est le centre d'un ensemble de petits bassins miniers (Comarca de las Cuencas Mineras, 1 400 km2, 9 500 habitants) actifs depuis le début du XXe siècle. Mais c'est dès le XVIIe siècle que commença l'exploitation des lignites à l'origine de verreries.

La Société anonyme des Mines et Chemins de fer d'Utrillas (MFU) y fût créée en 1904. Sa grande oeuvre fût la voie ferrée d'Utrillas à Saragosse via Belchite (125 km) à laquelle il faut ajouter le réseau à voie étroite reliant les différents puits de mine de la région. Un premier convoi de charbon partit pour Saragosse en 1906. En 1966, la ligne ferma définitivement après divers aléas notamment pendant la Guerre Civile au cours de laquelle des viaducs furent détruits. Les dernières mines souterraines fermèrent quant à elles en 1992. Restent des centrales thermiques (Escucha et Andorra) alimentées par des mines à ciel ouvert. On ne peut que recommander la visite du très beau et très complet musée  d'archéologie minière.

A Utrillas, le développement du tourisme minier avec l'aide des institutions de l'Union Européenne est considéré comme une des alternatives à la perte d'activités liée aux fermetures de mines.






Page créée le 10 août 2009

Voir les commentaires

Dukki Gel, un site archéologique remarquable à Kerma au Soudan

Publié le par Paesaggio

Le site de Dukki Gel via Google earth

Le site de Dukki Gel via Google earth

19°36′2.89″N ; 30°24′35.03″E

On parle beaucoup ces derniers temps des découvertes de l'archéologue suisse Charles Bonnet (1). Il s'agit d'une civilisation mystérieuse de Nubie, visible grâce à des restes archéologiques, thème propre à attirer de nombreux lecteurs (2). Encore fallait-il localiser ce lieu. Pour cela il faut faire sa recherche non à Dogi Gel comme indiqué dans les articles (ce qui évoque plutôt un shampoing pour chien) mais à Dukki Gel.

 (1) Un archéologue suisse déterre au Soudan les restes d’un passé mystérieux. Cela fait plus de cinquante ans que l’archéologue Charles Bonnet effectue des recherches au Soudan.En savoir plus sur lemonde.fr/afrique/ du 10 février 2017.

(2) Pour en savoir davantage aller à www.kerma.ch, l'excellent site de la mission archéologique suisse.

Localisation via Google earth
Localisation via Google earth

Localisation via Google earth

Voir les commentaires

Son nom de Calcutta dans Venise déserte

Publié le par Paesaggio

Son nom de Calcutta dans Venise déserte

Oui, le titre de ce film de Marguerite Duras a été inversé. Mais il s'agit bien des canaux de Venise où ont été faites ces photos (par l'auteur du blogue comme d'habitude).

Son nom de Calcutta dans Venise déserte
Son nom de Calcutta dans Venise déserte
Son nom de Calcutta dans Venise déserte

Voir les commentaires

Sittwe (ex-Akyab), chef-lieu de l'Arakan au Myanmar

Publié le par Paesaggio

Sittwe

Sittwe

Les pogroms qui affectent depuis plusieurs années, et particulièrement ces derniers jours, la population musulmane de l'Arakan (ou Rakhine), celle des Rohingya (ne pas mettre de s au pluriel) nous renvoient à la principale ville de cette province (on emploie le mot Etat) birmane. Akyab s'est développé lors de la colonisation britannique sur le site d'un sanctuaire bouddhiste, l'Ahkyaib-daw, réputé avoir été édifié sur une relique par l'empereur Asoka au IIIème siècle avant J.C. (ce qui s'avère en fait peu probable). Sittwe est un port et une capitale régionale assoupie d'environ 200 000 habitants. Les précipitations annuelles, d'origine orographique, sont considérables : 4 500 mm répartis sur environ six mois de mousson. La haine est responsable d'exactions épouvantables commises par l'armée et une partie de la population bouddhiste à l'encontre de la population musulmane. Celle-ci est issue de la période où l'occupant britannique a favorisé l'immigration de plusieurs centaines de milliers d'Indiens musulmans. Ceux-ci sont venus de ce qui n'était pas encore le Bangladesh et se sont ajoutés à un petit noyau autochtone musulman. Malgré des départs forcés, les musulmans formaient encore en 2012 40% de la population de Sittwe. Ce sont les classes les plus pauvres assimilées aux Rohingya qui ont été touchées par les massacres.

 

carte Arakan Sittwe

 

BUR Sittwe GE2012

GeoEye janvier 2012

Première édition : 29 octobre 2012

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>