Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sous le charme d'Ambositra en Pays Betsileo, Madagascar

Publié le par Paesaggio

L'édition 1968 du Guide Bleu Hachette "Madagascar" nous dit que la "ville des roses" est aussi celle "où il y a beaucoup d'eunuques" (étymologie, souvenir d'un passé où l'occupant Merina, quand il ne les mettait pas en esclavage, châtrait les prisonniers, ce qui est contesté par certains historiens). Quand on vient d'Antsirabe, en entrant dans la région d'Amoron'i Mania dont Ambositra est le chef-lieu, on fait connaissance du Pays Betsileo et du Pays Zafimaniry que l'on longe à l'est. La couleur dominante de cette ville d'altitude (1 350 mètres en moyenne) établie sur des collines est le rouge, celui des briques et du pisé. Ambositra est marqué par le grand nombre d'établissements religieux (églises, temples, couvents comme celui des Bénédictines).  Construits en brique, ils donnent un fort caractère à cette ville administrative au centre d'une région agricole qui a gardé ses vieilles traditions.

MAD JML Ambositra-1985 13
MAD JML Ambositra-1985 11

Voir les commentaires

Arbis dans l'Entre-Deux-Mers

Publié le par Paesaggio

Arbis (presque 300 habitants), une de ces innombrables petites communes de France,  très peu connues malgré leur riche patrimoine. Etonnant quand on vient de pays où ce dernier est bien moins ancien et moins bien mis en lumière ! 

Arbis se trouve dans l'Entre-Deux-Mers (en plein vignoble, entre Garonne et Dordogne) dans le département de la Gironde. Sa petite église rurale du XIIe siècle sur des fondations du XIe et un mur-clocher un peu plus récent, apparaît comme un vrai joyau.

Entre2Mers JML jan2010 015 Arbis
La mairie d'Arbis

Entre2Mers JML jan2010 014 Arbis
Saint-Martin d'Arbis

Voir les commentaires

Garage Belsautos à Targon dans l'Entre-Deux-Mers

Publié le par Paesaggio

Le charme désuet de la réparation automobile dans l'Entre-Deux-Mers.

Entre2Mers JML jan2010 011 Targon

Voir les commentaires

Dans la plaine de Léogane (Haïti) touchée par le séisme

Publié le par Paesaggio

Au centre d'une plaine sucrière prospère et peuplée de 200 000 habitants, sur la marge de l'agglomération de Port-au-Prince, Léogane se trouvait tout près de l'épicentre du séisme. Le bourg (40 000 habitants) a, semble-t-il (article du Monde), été complètement détruit, ce qui est à l'origine de milliers de victimes, sans compter tous ceux qui sont morts écrasés par leur caille (maison) à la campagne :

" Toutes les églises de Léogane, catholiques et protestantes, ont été détruites par le tremblement de terre. Seul a résisté le gros bâtiment cubique abritant l'Union des vaudouisants.  ...  La Grand-Rue et la rue Lacroix, au centre-ville, sont un amas de décombres. Le lycée Anacaona s'est effondré comme un château de cartes, ensevelissant de nombreux élèves. "

Les plaines de Léogane et du Cul-de-Sac ont échappé de peu à un tsunami. On rapporte que, sur le littoral, la mer s'est retirée de plusieurs dizaines de mètres.


HAIT-Leogane 1974 JML 11
Le bourg en 1974

HAIT Leogan 2005 400m GE11
Le bourg de Léogane au centre de la plaine (Google Earth) : environ 40 000 habitants

HAIT-Leogane GE34
Le paysage sucrier de Léogane (Google earth)

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>