Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Frontière roumano-ukrainienne à Dersca

Publié le par Paesaggio

Il s'agit aujourd'hui de la frontière entre l'Union Européenne et l'Ukraine, ancienne pièce du puzzle sovétique. Cela me rappelle la frontière austro-hongroise au temps de la Guerre Froide. En fait cette frontière coupe une région en deux : la Bucovine du Nord et sa capitale Cernauti ont été annexées par l'Union Soviétique à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. La Bucovine du Sud est restée roumaine.

 

Roum Siret JML2010 016

Voir les commentaires

En Moldavie, à Ipoteşti chez Mihai Eminescu

Publié le par Paesaggio

La famille de Mihail Eminovicz (1850-1889), considéré comme le plus grand poète roumain, s'était établi dans le petit village d'Ipoteşti. C'est donc bien naturellement que j'ai décidé de le visiter. Grand bien m'a pris car ce petit coin de collines est exceptionnellement beau par grand soleil de printemps. J'ai pris énormément de plaisir à observer le paysage bucolique qu'avait contemplé le poète il y a quelques décennies. Cela m'a donné également l'occasion de constater que la Roumanie de 2010 était encore bien ancrée dans sa mentalité céaucescienne. Dans le très émouvant centre consacré au poète et qui est sensé accueillir les visiteurs, le personnel trouve toujours le moyen de tourner ostensiblement le dos à l'arrivant avide de questions ou, pire, à un suspect touriste étranger: quand on a accédé au rang de fonctionnaire et que l'on porte un beau badge, ce n'est quand même pas pour être obligé de travailler ou d'être serviable !  Je n'ai donc pas insisté. J'ai plus tard regardé sur internet ce qu'on pouvait lire d'Eminescu. J'ai été satisfait : les poèmes choisis pour être traduits en français ou en anglais se caractérisent par une mièvrerie qui n'est pas sans charme. Le choix a dû certainement être fait par les apparatchiks qui président à la destinée posthume du grand écrivain. J'ai donc préféré rester sur l'impression donnée par les nombreuses statues du poète, romantiques à souhait.

 

Roumanie Ipotesti

Roum Ipotesti JML2010 046

Roum Ipotesti JML2010 048

Roum Ipotesti JML2010 034

Roum Ipotesti JML2010 041

Roum Ipotesti GE2009 1 200m

Image Google Earth

Voir les commentaires

Exposition photos « Voyage en régions minières » à Noyant la Gravoyère

Publié le par Paesaggio

Le contexte 

 

Face aux conséquences du déclin de l’exploitation minière, de nombreux processus de mutation des régions minières sont en train de se mettre en place. Le remodelage progressif des territoires tend à effacer le passé minier. Les identités de ces régions profondément marquées par un passé industriel et social communs tendent à disparaître. C’est pourquoi, nous avons souhaité par ce projet revaloriser le patrimoine minier et mettre en valeur le travail des jeunes.

 

Le projet 

 

L’originalité du projet réside dans le sens où cette exposition est itinérante. Elle circulera dans toute l’Europe dans les régions ayant un patrimoine minier.

Son thème est « Voyage en régions minières ». Celui-ci est volontairement assez général pour permettre aux participants d’aborder différents sujets au choix. (par exemple : la reconversion des sites miniers, la vie ouvrière dans la cité, le travail au fond, les gueules noires, …)

A l’initiative du Foyer Laïque d’Education Permanente, en partenariat avec la mairie, le vernissage de cette exposition aura lieu lors du Festival de la Mine Bleue à Noyant la Gravoyère sur le site de la Mine Bleue du 17 Juillet au 8 Août 2010.

 

Les objectifs 

  • Valoriser les pratiques artistiques des jeunes 
  • Revaloriser le patrimoine minier
  • Participer au développement touristique 
  • Fédérer différent acteurs autour d’un thème commun

Le concept

 

A la date butoir, toutes les photos seront récoltées, sélectionnées puis exposées selon un calendrier que nous actualiserons au fur et à mesure avec les organisateurs des pays accueillant l’exposition.

Vous pouvez à tout moment accueillir cette exposition dans votre ville. Il suffit de nous contacter à l’adresse suivante : flep2@wanadoo.fr .

L’envoi des photos de l’exposition s’effectuera par courriel ou sur support CD par courrier (« Exposition photos », FLEP, BP 24, 49520 NOYANT LA GRAVOYERE, FRANCE). Les organisateurs sont libres de sélectionner et d’exposer les photos comme bon leur semble et dans le lieu qu’ils veulent.

 

Appel à projet 

 

Nous proposons aux jeunes de mettre en lumière leur travail et leur passion pour la photo lors de cette exposition itinérante. Les candidats peuvent proposer autant de photos qu’ils le souhaitent.

 

Qui peut y participer ?

 

Les jeunes amateurs de photos.  En priorité, des structures scolaires et jeunesse.

 

Comment y participer ?

 

Compléter et signer le bulletin de participation. Le retourner avant le 15 juin 2010. 

 

Voir les commentaires

En passant par Botoşani en Moldavie

Publié le par Paesaggio

Botoşani* (prononcer botochani en faisant tirer le i final vers le e) est le type de ville qui ne retient pas l'attention  de la plupart des guides touristiques (à l'exception du Guide Vert  Michelin, peu enthousiaste d'ailleurs). On y entre en suivant des alignements d'immeubles sans grand caractère, les fameux "blocs". Au mieux croise-t-on de pittoresques tramways. Et puis dans le centre, un choc : on découvre une vraie ville, avec des bâtiments historiques style Sécession, bien mis en lumière, entourés de grands arbres qui créent une espèce de magie, et une ambiance bonne enfant qui donne l'envie de rester un moment. Tout le contraire de Suceava sa voisine, à la taille assez similaire (un peu plus de 100 000 habitants), où au milieu des embouteillages débarquent les touristes sur un asphalte très proche d'une écumoire... vomissant des torrents de boue dès qu'il pleut.

 

Vers 1900, Botoşani (47°44'N-26°39'E) était non seulement le chef-lieu d'un judet (département) mais aussi un centre commercial régional très actif sur un axe Nord-Sud, avec une population majoritairement juive (25 000 personnes, soit 72% du total). On pouvait y compter une centaine de synagogues. Cette communauté était implantée au moins depuis le XVIe siècle  mais avait connu au XIXe siècle un afflux d'immigrants venus des campagnes et d'autres pays. En mars 1907, elle fut victime d'un  violent pogrom parti de la campagne environnante. La vie reprit cependant normalement le dessus mais les persécutions se développèrent à partir de 1922 atteignant leur paroxysme avec l'avènement des Légionnaires d'Antonescu. C'est la période de la "Maison Verte" où les Juifs étaient sequestrés, torturés et assassinés. L'alliance entre l'Allemagne nazie et la Roumanie en 1941 n'arrange pas la situation. Aujourd'hui, la composante juive de la population de la ville a pratiquement disparu.

 

* le toponyme viendrait du nom d'un ancien chef de guerre local, Botaş.

 

Roumanie Botosani

Roum Botosani JML2010 077

Prendre le temps de vivre

 

Roum Botosani JML2010 072

Des bâtiments colorés datant de la fin du XIXe et du début du XXe siècle du temps de l'Empire austo-hongrois

 

Roum Botosani JML2010 087

Un tronçon de la Strada 1 Decembrie, magnifique vestige de l'ancien quartier juif, en pleine réfection

 

Roum Botosani JML2010 108

Le marché devant la Hala de Carne

 

Roum Botosani JML2010 109

Un tour de tramway devant les "blocs"

 

Roum Botosani GE2009 3 200m

Le centre de la ville (Image Google Earth)

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>