Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Haruna et la tragédie de Tuléar, 23 février 2013

Publié le par Jean-Michel L.

Pour les derniers bilans et les nombreuses photos de la catastrophe, voir l'excellent site du BNGRC (Bureau National malgache de Gestion des Risques et des Catastrophes). Au delà de bilans très incomplets et presque rassurants, les photos montrent l'image d'une ville complètement submergée par les eaux du Fiherenana. 

 

Vidéo sur la situation catastrophique (BelAvenir)

Vidéo sur l'inondation (Djedjaw)

 

A la suite du passage du cyclone Haruna, la rupture de la digue qui protège la ville de Tuléar (Toliara en malgache) des crues du fleuve Fiherenana a eu lieu aujourd'hui au petit matin. La tragédie était malheureusement annoncée depuis des années. Cette ville francophile et francophone qui a environ 300 000 habitants compte de nombreux résidents français. Elle est extrêmement démunie et a besoin de votre aide via les associations caritatives. Sur la région, voir le dossier MADAGASCAR TOLIARA (121 articles).

 

SOS pour Tuléar

Les descriptions de la catastrophe sont terrifiantes : c'est une véritable vague de boue de trois mètres de haut qui a envahi certains quartiers (notamment Anketraky, Besakoa, Anketa, Andaboly, Ambo­hitsabo, Tsianaloka, Anta­ravay Antaninarenina) ce 23 février. Il y a officiellement onze morts et davantage de disparus. 80% de la ville seraient affectés. Il n'y a plus d'eau potable, plus de vivres, plus de dispensaires, plus de médicaments pour ceux qui en ont besoin d'urgence, plus d'électricité (mis à part quelques quartiers), plus de véhicules en état de marche. Le tourisme, une des principales ressources, est hors-circuit avant des semaines. Les récoltes sont compromises dans une partie de la région Atsimo Andrefana. Les épidémies menacent comme toujours en pareil cas. Sans mobilisation internationale, la ville ne s'en sortira pas.

 

Demande d'aide d'une ONG fortement impliquée localement :

Eau de coco / Bel Avenir

Il ne faut pas oublier d'autres villes comme Morombe et des villages des rives de l'Onilahy et du Fiherenana.

Retour sur le cataclysme :

22/02 : le cyclone Haruna est parti pour être la pire catastrophe qu'ait connu le Grand Sud de Madagascar depuis le cyclone Georgette en 1968 (299 mm de précipitations à Tuléar). Il faut s'attendre à des milliers de sinistrés et un grand nombre de victimes. La lenteur d'Haruna aggrave les choses : le cyclone prend le temps de broyer méthodiquement et de submerger tout ce qu'il a sous la dent !

21/02 : la dépression vient d'être requalifiée en cyclone tropical. Celui-ci se dirige très lentement mais directement vers Tuléar. Des rafales de 165 km/h sont attendues de même qu'une forte marée de tempête. Il est important de signaler que ce type de dépression qui descend le canal de Mozambique reste le plus souvent à l'état de tempête. Nous avons donc à faire à un phénomène potentiellement très dangereux.

20/02 : de jeudi 21 février 2013 au samedi 23, la tempête tropicale modérée Haruna va toucher Tuléar et l'Extrême-Sud de Madagascar. Actuellement l'oeil de la dépression qui se déplace lentement (13 km/h) est en face de Morombe. De fortes pluies avec des rafales de vent pouvant atteindre 130 km/h sont attendues.

Ce qui globalement se révèle bon pour les nappes phréatiques de cette région subaride peut avoir des répercutions désastreuses sous formes d'inondations des villages situés en marge des lits des cours d'eau et pour les quartiers de Tuléar situés en dessous du niveau des hautes mers de vive eau.

Ci-dessous : L'oeil du cyclone est bien visible au niveau du couloir d'Anteva - image GE

Haruna 22.02.2013 B

 

Haruna delta Fiherenana

En vert, le delta.

Haruna JML Tulear

 

Les quartiers les mieux protégés sont ceux qui se trouvent sur les dunes comme Tsinangea, les plus touchés, dans les anciens lits du fleuve, réactivés, et sur les tannes.

Commenter cet article

nan 24/02/2013 22:18


j'ai regardé aussi les journeaux malgaches et peu d'émoi. Tu connais des gens là-bas?

Jean-Michel L. 24/02/2013 23:42



Hier je suis tombé sur une note très courte annonçant le désastre. Cela m'a été confirmé par une amie qui travaille dans un hôtel : de nombreux morts. Et personne n'en parle.