Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #un lieu un livre tag

"Dans les forêts de Sibérie" de Sylvain Tesson

Publié le par Jean-Michel L.

54°26'45''N, 108°32'40"E

De février à juillet 2010, Sylvain Tesson a vécu dans une cabane au bord du lac Baïkal au cap des Cèdres. Il nous rapporte dans un ouvrage publié en 2011 chez Gallimard la chronique de cette vie d'ermite ainsi qu'il la définit. L'auteur, journaliste avec une formation de géographe, agace parfois mais on le sent sincère dans sa démarche. Et cette rude taïga qu'il nous raconte se lit avec facilité. Toutes les formules ne font pas mouche mais certaines sont excellentes ...ce qui prouve bien que la réclusion volontaire dans une cabane au fond des bois peut avoir quelque chose de bon.

 

RUS cabane Tesson

Image Google Earth ; L = 100 km

 

RUS Baikal GE50

La taîga sur la rive orientale du Baïkal - Image Google Earth ; L = 200 mètres

Voir les commentaires

Lou curé Tauzin, pouete gascoun de Saint-Justin

Publié le par Jean-Michel

L'abbé Camille Jean-Joachim Tauzin est l'auteur d'une monographie de Saint-Justin, d'un ouvrage sur la Fronde et d'un autre sur "Louis XI et la Gascogne". Il écrivit des poèmes en gascon (en patois comme on disait à l'époque) qui ont été traduits en français et dont le recueil est intitulé "Tauziès".

 

St-Julien JML 2011 066

Plaque sur la maison où il a vécu à Saint-Justin

Voir les commentaires

Les Landes vues par François Mauriac dans Thérèse Desqueyroux

Publié le par Jean-Michel L.

Les landes de Gascogne servent, au moins partiellement, de cadre à plusieurs romans de François Mauriac  (1885-1970). Dans "Thérèse Desqueyroux" (1927), c'est Argelouse, un "quartier" des Landes de Gascogne d'avant les grands peuplements de pins maritimes. On n'y trouvait que des bosquets épars de ce Conifère mêlé à des chênes pédonculés. L'écrivain est à la fois un homme de l'Entre-Deux-Mers (maison familiale de Malagar) et des Landes de Gascogne. C'est à Saint-Symphorien qu'il écrivit plusieurs de ses romans (Genitrix par exemple). Les lieux y finissent par s'imposer comme de véritables personnages.

" Argelouse est réellement une extrémité de la terre ; un de ces lieux au-delà desquels il est impossible d’avancer, ce qu’on appelle ici un quartier : quelques métairies sans église, ni mairie, ni cimetière, disséminées autour d’un champ de seigle...

JML aout2011 53R

Voir les commentaires

Au Nangaritza : "Un viejo que leia novelas de amor" de Luis Sepulveda

Publié le par Jean-Michel L.

4°38'S - 79°05'W

Nangaritza, on croirait le nom inventé comme une déclinaison de Nagaland (Myanmar), mais pas du tout. Le petit port fluvial d'El Idilio se trouve sur le Río Nangaritza. Cet affluent du Zamora a donné son nom à une petite région du bassin amazonien. On est dans le Sud de l'Equateur, dans la province de Zamora-Chinchipe, domaine de montagnes couvertes de forêts pluviales. C'est là que se passe l'histoire racontée par Luis Sepulveda dans son roman "Le vieux qui lisait des romans d'amour" (1992, Métailié Points, traduction de François Maspero). Roman envoûtant, comme l'épaisse forêt ombrophile, comme les coutumes des Shuars que les colons dénomment volontiers Jivaros, comme ce magnifique jaguar symbole d'une nature dangereuse et indomptable... Et puis il y a ce personnage extraordinaire qu'est Antonio José Bolivar, le vieux.. Comme bien d'autres avant moi, j'ai été subjugué par ce superbe roman écrit alors que Chico Mendes se faisait assassiné.

 

"Le ciel était une panse d'âne gonflée qui pendait très bas, menaçante, au-dessus des têtes. Le vent tiède et poisseux balayait les feuilles éparses et secouait violemment les bananiers rachitiques qui ornaient la façade de la mairie." (p. 13)

 

EQ Chinchipe 2005 2km

Au Nangaritza - Image Google Earth - L = 8 km

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>