Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #un lieu un livre tag

Topobioglyphe de Julien Gracq

Publié le par Paesaggio

Topobioglyphe de Julien Gracq

Ce topobioglyphe (figure localisant les lieux de vie majeurs d'une personne) est consacré au grand écrivain Julien Gracq, nom d'auteur de Louis Poirier. On constatera l'importance de Saint-Florent-le-Vieil, village de la rive gauche de la Loire en aval d'Angers (département du Maine-et-Loire). C'était le fief de sa famille paternelle depuis plusieurs siècles, son lieu de naissance, le cadre de son enfance, le lieu où il se ressourçait avant d'y prendre sa retraite en 1970. De l'oeuvre de ce passionné de géographie on retiendra

- Le château d'Argol, son premier roman :

- Un beau ténébreux ;

- Le rivage des Syrtes ;

- Un balcon sur la forêt ;

- La forme d'une ville.

Il est resté fidèle à son premier éditeur, Corti.

Voir les commentaires

Lire le Cap-Vert

Publié le par Paesaggio

Un nombre incroyable de livres a été publié sur le Cap-Vert, la plupart en portugais mais aussi en français et en anglais. Mais comme chaque ouvrage est édité en un petit nombre d'exemplaires, il n'est pas toujours facile de les trouver.

Parmi ceux-ci, on peut en recommander deux, faciles d'emploi :

Massa, F. & Massa J.-M., 2001. Dictionnaire encyclopédique et bilingue portugais-français : Volume 3, Cap-Vert/ Cabo Verde. Rennes, EDPAL, 280 p.

Ce livre, écrit par deux grands spécialistes universitaires, est difficile à trouver mais d'une incroyable richesse. Si tout le monde le demande, cela poussera l'éditeur à sortir de nouveaux exemplaires.

Szpéra, A., 2011. Encyclopédie Nature de l’archipel du Cap-Vert. Artopéra Cabo Verde, 135 p.

Celui-là est plus facile d'accès : on le trouve presque intégralement sur le site Calaméo. C'est la meilleure introduction possible à la géographie physique du Cap-Vert.

Lire le Cap-Vert
Lire le Cap-Vert

Voir les commentaires

Ouvéa, « l'île la plus proche du Paradis » de Katsura Morimura

Publié le par Paesaggio

carte, couverture du livre, image satellitaire GE
carte, couverture du livre, image satellitaire GE
carte, couverture du livre, image satellitaire GE

carte, couverture du livre, image satellitaire GE

Katsura Morimura, qui était née en 1940, s'est suicidée le 27 septembre 2004 à Nagano. Fin bien triste pour cette écrivain japonaise qui avait fait connaître au monde entier l'île d'Ouvéa (et non l'île des Pins !) en publiant en 1966 un roman intitulé 天国にいちばん近い島 Tengoku ni Ichiban Chikai Shima c'est à dire L'île la plus proche du Paradis. Il fit l'objet d'un film quelques années plus tard en 1984. Différence de représentation : pour la plupart des Français, Ouvéa est l'île des évènements tragiques de mai 1988. Pourtant cet atoll basculé des îles Loyauté qui s'étend autour d'un magnifique lagon sur 132 km2 mérite la publicité qui lui est faite. C'est un véritable joyau peuplé d'un peu plus de 3 000 habitants extrêmement hospitaliers, en dépit du "qu'en dit-on". Pour le géomorphologue, c'est aussi un paradis grâce aux célèbres encoches marines de la falaise de Lekine. Ces dernières marquent les étapes du basculement de l'île.

 

Référence : Mathias Faurie, 2011. Ouvéa : le sanctuaire kanak.Dynamiques patrimoniales et recompositions territoriales en Nouvelle-Calédonie. Thèse de Géographie, Paris-Sorbonne, Prodig, 502 p.

 

Première édition : 12 octobre 2011

NC Ouvea 2001 JML11

Le pont de Mouli

NC Ouvea 2001 JML13R

Les falaises de Lekine

NC Ouvea 2001 JML14

Les eaux claires du lagon

Voir les commentaires

Hiroshima mon amour (Alain Resnais, 1959)

Publié le par Paesaggio

C'est le 6 août 1945 que la ville d'Hiroshima, centre de commandement militaire situé sur les rives de la Mer Intérieure et peuplé de 350 000 habitants, fut détruite par une explosion nucléaire issue d'un bombardement de l'aviation étasunienne. 75 000 personnes environ furent tuées sur le coup, 175 000 autres moururent pendant les jours et les mois suivants. Aujourd'hui Hiroshima compte plus d'un million d'habitants.

En hommage à Alain Resnais et à Marguerite Duras, voici deux courts passages du monologue inoubliable que l'on entend dans le film en voix-off :

« ... Dévore-moi. Déforme-moi à ton image afin qu'aucun autre, après toi, ne comprenne plus du tout le pourquoi de tant de désir. Nous allons rester seuls, mon amour. La nuit ne va pas finir. Le jour ne se lèvera plus sur personne. Jamais. Jamais plus. Enfin. Tu me tues. Tu me fais du bien. Tu me tues. Tu me fais du bien... »

« Du temps passera. Du temps seulement. Et du temps va venir. Du temps viendra. Où nous ne saurons plus du tout nommer ce qui nous unira. Le nom s'en effacera peu à peu de notre mémoire. Puis, il disparaîtra tout à fait. »

Première édition : 2 mars 2014

Hiroshima mon amour (Alain Resnais, 1959)
Souvenir d'un passage à Hiroshima en 2007

Souvenir d'un passage à Hiroshima en 2007

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>