Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #rdc-zaire tag

Cône mâle de Cycas

Publié le par Paesaggio

Photo que j'ai prise en 1974 à Kindu (Kivu, RDC). Genre Cycas. Espèce non déterminée.

Les Cycadales sont un des groupes les plus anciens de végétaux. Ils ont précédé les Conifères.

Cône mâle de Cycas

Voir les commentaires

Shinkolobwe (Katanga, RDC), mine de l'uranium de la bombe d'Hiroshima

Publié le par Paesaggio

Shinkolobwe (Katanga, RDC), mine de l'uranium de la bombe d'Hiroshima

Située non loin de Likasi au Katanga (ex-Shaba), la mine de Shinkolobwe  [11°02'S, 26°35'E] est officiellement fermée depuis 1960 mais des mineurs clandestins continuent d'y extraire de l'uranium et du cobalt.  En janvier 2004, le président de la République Joseph Kabila a  d'ailleurs confirmé cette fermeture en signant un décret présidentiel portant classement de Shinkolobwe comme zone interdite à toute activité minière. Cependant en août 2006, le Sunday Times apprend au monde que les douaniers tanzaniens auraient intercepté fin 2005, un chargement d'uranium 238 à destination de l'Iran ce qui a été bien entendu démenti.

L'exploitation clandestine, qui est encore d'actualité en 2009, est confirmée par l'Agence de Presse congolaise Syfia Grands Lacs qui dans un article du  2 décembre 2004 titrait : "Katanga : les mineurs clandestins défient la radioactivité". En voilà deux extraits :

" Là, les mineurs descendent au fond des carrières en équipe de deux à cinq personnes par des escaliers taillés sommairement. Une fois en bas, ils creusent dans la boue ou cassent des pierres pour créer des galeries et trouver les bons filons. Puis ils chargent des sacs de raphia de 50 à 60 kg sur leur dos et les remontent à la surface. Dans ces galeries profondes parfois de plus de 200 m, le travail se fait à l’aide de pelles, de pioches, éclairé par des torches et des lampes-tempête. "Ces conditions rudimentaires de travail sont à la base des éboulements qui tuent chaque mois des creuseurs dans l’anonymat total..."

"... L'uranium est acheté par les Chinois, Coréens, Pakistanais, etc. On en retrouve aussi à Kinshasa d'après l'Ong Global Witness. Selon un ingénieur de la Gécamines ayant requis l’anonymat, ce trafic ne concerne pas seulement l’uranium extrait de Shinkolobwe ou de Luswishi près de Lubumbashi mais aussi les déchets radioactifs enfouis au Katanga dans les années 1970. En dépit de la récente mise en garde de l'AIEA, les jeunes creuseurs, notamment ceux de Shinkolobwe Central, estimés à plus de 3 000, continuent à descendre sous terre... "

Le gisement d'uranium avait été repéré en 1915 par l'Union Minière du Haut Katanga. L'exploitation commenca en 1921 faisant de la Belgique le premier producteur mondial de radium. L'extraction du radium était réalisée à la Société Générale Métallurgique de Hoboken (SGMH) à Olen. La mine ferma cependant une première fois en 1937.

Shinkolobwe n'a pas la célébrité qu'elle pourrait légitimement avoir : c'est en effet là que fut extrait l'uranium qui permit aux États-Unis de construire la bombe atomique lancée sur Hiroshima. L'uranium fut vendu au gouvernement étatsunien par le directeur de l'Union Minière du Haut-Katanga qui arriva à faire exporter vers les Etats-Unis 1 200 tonnes de minerai en 1939. Les Etats-Unis parviennent à faire rouvrir la mine en 1942 mais, du fait de sa mauvaise rentabilité, celle-ci a été fermée pour une seconde fois en 1960, puis gardée par des militaires jusqu’à la chute de Mobutu en 1997. C'est le règne des trafiquants de toutes nationalités, notamment  un Nord-Coréen connu sous le nom de "Maître Kim". A leur service plusieurs milliers de clandestins travaillant au péril de leur santé et de leur vie. Quelle sera la suite ? Selon l'ASHADO Katanga, en mars 2009, l’Etat congolais aurait signé avec le groupe nucléaire français AREVA un accord donnant à cette société le monopole sur l’exploration et l’exploitation de l’uranium sur l'ensemble du territoire de RDC.

Images satellitales de 2009 (Google Earth) : le gisement et le village

ZAI Shinkolobwe-uranium GE11 2009

ZAI Shinkolobwe-uranium GE12

ZAI Shinkolobwe-uranium GE13

Premier partage : 21 décembre 2009

Voir les commentaires

La Botte de Bukavu (Sud-Kivu)

Publié le par Jean-Michel L.

2°29'S, 28°31'E

La Botte est le nom donné à une péninsule située à Bukavu sur le lac Kivu. On comprend pourquoi en regardant l'image satellitale. C'est le centre historique de l'ancienne Costermansville, ville de villégiature des colons belges du Congo venus des basses terres équatoriales pour se refaire une santé à 1 500 mètres d'altitude.

 

ZAI-Botte-2010

Image Google earth 2010

ZAI 1975 Bukavu 18R

L'avenue principale bordée de tulipiers du Gabon en fleur

ZAI 1975 Bukavu 16R

Photo prise en 1975

Voir les commentaires

Rencontre dans le parc du Kahuzi-Biega (Kivu)

Publié le par Jean-Michel L.

2°18′S, 28°40′E

En 1970 a été créé dans l'Est du Zaïre, sur la dorsale Congo-Nil, le parc national du Kahuzi-Biega. Grâce à Adrian De Schryver, le fondateur de ce parc, assassiné en 1989, une personne hors-du-commun de la même trempe que Diane Fossey, ce parc offrait la possibilité à de rares visiteurs d'observer après un parcours plus ou moins long à pied à travers forêts, peuplements de bambous et marécages, une communauté de gorilles de montagne adaptée à ce genre de contact. J'ai eu la chance de faire partie de ces privilégiés en 1975 et en 1976. Depuis le parc a beaucoup souffert de la guerre civile mais il survit contre vents et marées. Il a même été étendu à des régions de moyenne-montagne où se trouvent des chimpanzés et des gorilles de plaine, moins gros que leurs cousins des montagnes.

 

ZAI 1975 Kahuzi 27R

L'entrée du parc, à près de 2 000 mètres d'altitude, non loin de Bukavu

ZAI 1975 Biega 32R

Peuplements de bambous où vivent les gorilles de montagne, séparés par des prairies marécageuses

ZAI 1975 Biega 36W

Au coeur des peuplements de bambous

ZAI 1975 Kahuzi 29R

L'ultime approche avec les guides

ZAI 1975 Kahuzi 26R

La rencontre choc : au moment où nous désespérions de voir les gorilles, c'est lui qui nous voit le premier et son énorme cri nous paralyse ! Passé ce moment effrayant, la rencontre se déroule bien.

 

Voir :

Gorilla (1974). Cameraman : Dieter Page. Tourné au Kahuzi-Biega.

Extrait sur You Tube : A. De Schreyver présente un jeune gorille orphelin au groupe.

Voir les commentaires

1 2 > >>