Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #paysages miniers tag

En Aragon, Escucha et son musée de la mine

Publié le par Jean-Michel Lebigre

Non loin d'Utrillas, Escucha mérite un détour pour son museo minero (musée de la mine.) Plus qu'un musée, il s'agit d'une expérience de découverte d'un puit et de galeries. A proximité, l'élégante silhouette d'une centrale thermique qui fonctionne depuis 1970.

A ceux qui s'étonneraient d'une soudaine absence d'images satellitales, prière d'aller voir sur Google Earth : pas terrible comme définition !



Voir les commentaires

En Bolivie, le salar d'Uyuni convoité pour son lithium

Publié le par Jean-Michel Lebigre

En Bolivie, à 3 700 mètres d'altitude, le salar d'Uyuni jouit d'une certaine célébrité : c'est le plus grand lac salé du monde 12 500 km2). C'est aussi la plus grande réserve de lithium du monde ; il y aurait là au moins un tiers des réserves mondiales. Les grands groupes miniers lorgnent dessus, notamment Eramet, au moment où l'on va avoir besoin de batteries de plus en plus grosses pour les voitures électriques. Evo Morales, le président bolivien, tient cependant à garder la main mise sur les ressources de son pays. Personne ne lui reprochera mais a priori cela ne va pas être facile : les gros miniers anglo-saxons n'en seraient pas à une guerre civile près pour un pactole aussi prometteur. Ils ont de nombreux alliés fortunés dans la place qui ont déjà ouvert les hostilités.  Rien n'est encore fait : une partie importante de la population bolivienne s'interroge sur les conséquences environnementales d'un tel projet d'exploitation minière. Pour le moment le tourisme s'y développe.



Iles à l'intérieur du salar


Les  rives du salar


Uyuni

Voir les commentaires

Soutchan, ville minière du kraï du Primorie vue par Vitali Kanevski

Publié le par Jean-Michel Lebigre

Il est des films coup-de-poing que l’on ne peut oublier des années après les avoir vus. Est de ceux-là « Bouge pas, meurs, ressuscite »  (Zamri, umri, voskresni, 1989) de Vitali Kanevski qui reçut la caméra d’or à Cannes en 1990. Ce grand réalisateur russe a recréé en décors naturels ( à Leningrad et à Vladivostok) l’atmosphère de sa ville natale juste après la seconde guerre mondiale en pleine période stalinienne. Soutchan est une ville de l’Extrême-Orient sibérien, dans le kraï du Primorie sur les rivages de la Mer du Japon. Elle a été créée en 1896 suite à la découverte d’importants gisements de charbon. En 1972, la ville est devenue Partizansk, de façon à effacer  le souvenir de la toponymie chinoise.

 

Le titre du film fait référence à un jeu d’enfants que Vitali Kanevski applique aussi bien à la réalisation de son film qu’à son enfance. Il y a été aidé par deux incroyables acteurs, le jeune Pavel Nazarov (Valerka) et la petite Dinara Droukarova (Galia). Ce film en noir et blanc retrace la vie de deux enfants dans une ville minière de Sibérie transformée en camp de détention. Il s’inscrit dans la lignée des « 400 coups » et de toute la tradition du cinéma russe (on pense notamment à « L’enfance de Gorki », à « Quand passent les cigognes » et même dans la scène finale à « Andrei Roublev »). Il n’y a aucun effet mélodramatique, aucune dénonciation politique, juste les images obsédantes d’un récit autobiographique. Elles montrent de manière dépouillée pour ne pas dire crue, la réalité dramatique de la vie dans un lieu, à une époque. Le paysage oppose le noir des terrils, des trains et des baraques au blanc de la neige, soulignant la dureté du propos. Le film terminé, impossible d’oublier les visages de Valerka, de Galia et des personnes avec qui ils ont vécu.

 

Ci-dessous des images satellitales Google Earth de Soutchan (1 et 2) et de ses alentours (3) aujourd’hui

 


 


 


Voir les commentaires

En Bolivie, à 3 700 mètre d'altitude, Oruro malade de ses mines

Publié le par Jean-Michel Lebigre

A 3 700 mètres d'altitude, sur les rives du lac Uru Uru qui communique lui-même avec le lac Poopo, Oruro est une ville minière de Bolivie qui compte plus de 200 000 habitants. Elle fut fondée par les Espagnols en 1606 sur l'exploitation de l'argent puis abandonnée après épuisement. Comme à Potosi, des milliers d'Indiens mis en esclavage y moururent. A partir de la fin du XIXe siècle on y exploite l'étain.  La Salvadora fut même la plus importante mine d'étain du monde. L'étain s'épuisant à sont tour, la ville est de nouveau en déclin. La pollution des eaux et des sols en métaux lourds est tout à fait remarquable et semble entraîner de nombreuses pathologies pour la population. On verra sur ces quelques images Google Earth un bel exemple de  ce que pourraient être les paysages sur la lune après "humanisation".

 

A lire :

De très belle pages de l'écrivain Victor Montoya sur  le site www.margencero.com/.

 






Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24 > >>