Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #madagascar toliara tag

Le tsapiky : un paysage musical éclairé par Julien Mallet

Publié le par Paesaggio

Le tsapiky est un genre musical qui s'est mis en place à Tuléar et sa région à partir des années 80. Comme le dit si bien Jean-Claude Mouyon (Roman vrac, 2007) : "Le tsapiky relance le désir d'existence, il est le sang, le pouls d'une terre aride, il est le ciment qui unit les corps et les âmes, qui guide au bonheur, qui fait la nique à la solitude des immensités..."
 

Voir et écouter sur Tatsimo : Le meilleur de la musique du Sud
 

On aura tout intérêt à lire cet excellent ouvrage qui fait le tour du phénomène :
Mallet, Julien, 2009.- Le tsapiky, une jeune musique de Madagascar. Ancêtres, cassettes et bals-poussière. Karthala, Hommes et Sociétés, 276 p. et CD

Si vous n'êtes pas encore initiés à ce rythme, en voilà quelques exemples empruntés aux plus grands compositeurs et interprètes du Sud malgache, faciles à trouver sur You Tube et sur Dailymotion :
 
Damily : Mandia vay
Damily est un incroyable virtuose de la guitare. On le considère souvent comme le plus grand artiste du tsapiky. Ici, ni chant, ni danse, on est à la marge du tsapiky. Laissez-vous prendre par cette incroyable mélodie. Plus classique : Mahavelo Mitaha
 
Teta, le guitariste aux doigts de fée :  morceau de guitare
Toujours pour vous préparer à écouter du tsapiky ! Teta est un autre virtuose de la guitare presqu'aussi connu internationalement que Damily. La vidéo nous fait retrouver les paysages et la vie quotidienne des pêcheurs vezo du lagon de Ranobe. Impossible de ne pas être pris par cet air plein de sérénité et de nostalgie.
 
Bedona & Befila : Benono
Cette vidéo est un vrai document ethnologique. Ce groupe de Bezaha mène la danse lors d'une cérémonie villageoise. 8mn19 d'initiation.
 
Dedake : Manikiteka
Un jeune groupe de Tuléar : la vidéo donne une bonne idée de ce qui a été appelé bal-poussière dans les villages du Grand Sud. Pour vous envouter. 
 
Mirasoa et Mangoratsaky : Ampela mamolava
Mon morceau préféré ne serait-ce qu'à cause de l'extaordinaire voix de la chanteuse. Paysage caractéristique du Sud.
 
Rasoa Kininike : Manambaly Mampirafy
La chanteuse de Tongobory nous offre un numéro de danse hors-du-commun. Merveilleuse spontanéité. Sur la vidéo, le paysage n'est pas caractéristique du Sud mais ici on voyage.

Bien sûr ce panorama est incomplet. Il reste à vous présenter D'Gary,  Tahiry, Jean Balsac, Onja, Roger de Tuléar, Jean-Maryse Rabesiaka (Médicis), Ferson de Sakaraha, Saïd, Mizeha, Mario Badjio, Monja, le groupe Mikea, etc. Voir :  Le meilleur de la musique du Sud
 

Petit concert improvisé de tsapiky par un groupe de jeunes non loin de Marimar à Tuléar en octobre 2009

Première publication : 16 nov. 2009

Voir les commentaires

Haruna et la tragédie de Tuléar, 23 février 2013

Publié le par Jean-Michel L.

Pour les derniers bilans et les nombreuses photos de la catastrophe, voir l'excellent site du BNGRC (Bureau National malgache de Gestion des Risques et des Catastrophes). Au delà de bilans très incomplets et presque rassurants, les photos montrent l'image d'une ville complètement submergée par les eaux du Fiherenana. 

 

Vidéo sur la situation catastrophique (BelAvenir)

Vidéo sur l'inondation (Djedjaw)

 

A la suite du passage du cyclone Haruna, la rupture de la digue qui protège la ville de Tuléar (Toliara en malgache) des crues du fleuve Fiherenana a eu lieu aujourd'hui au petit matin. La tragédie était malheureusement annoncée depuis des années. Cette ville francophile et francophone qui a environ 300 000 habitants compte de nombreux résidents français. Elle est extrêmement démunie et a besoin de votre aide via les associations caritatives. Sur la région, voir le dossier MADAGASCAR TOLIARA (121 articles).

 

SOS pour Tuléar

Les descriptions de la catastrophe sont terrifiantes : c'est une véritable vague de boue de trois mètres de haut qui a envahi certains quartiers (notamment Anketraky, Besakoa, Anketa, Andaboly, Ambo­hitsabo, Tsianaloka, Anta­ravay Antaninarenina) ce 23 février. Il y a officiellement onze morts et davantage de disparus. 80% de la ville seraient affectés. Il n'y a plus d'eau potable, plus de vivres, plus de dispensaires, plus de médicaments pour ceux qui en ont besoin d'urgence, plus d'électricité (mis à part quelques quartiers), plus de véhicules en état de marche. Le tourisme, une des principales ressources, est hors-circuit avant des semaines. Les récoltes sont compromises dans une partie de la région Atsimo Andrefana. Les épidémies menacent comme toujours en pareil cas. Sans mobilisation internationale, la ville ne s'en sortira pas.

 

Demande d'aide d'une ONG fortement impliquée localement :

Eau de coco / Bel Avenir

Il ne faut pas oublier d'autres villes comme Morombe et des villages des rives de l'Onilahy et du Fiherenana.

Retour sur le cataclysme :

22/02 : le cyclone Haruna est parti pour être la pire catastrophe qu'ait connu le Grand Sud de Madagascar depuis le cyclone Georgette en 1968 (299 mm de précipitations à Tuléar). Il faut s'attendre à des milliers de sinistrés et un grand nombre de victimes. La lenteur d'Haruna aggrave les choses : le cyclone prend le temps de broyer méthodiquement et de submerger tout ce qu'il a sous la dent !

21/02 : la dépression vient d'être requalifiée en cyclone tropical. Celui-ci se dirige très lentement mais directement vers Tuléar. Des rafales de 165 km/h sont attendues de même qu'une forte marée de tempête. Il est important de signaler que ce type de dépression qui descend le canal de Mozambique reste le plus souvent à l'état de tempête. Nous avons donc à faire à un phénomène potentiellement très dangereux.

20/02 : de jeudi 21 février 2013 au samedi 23, la tempête tropicale modérée Haruna va toucher Tuléar et l'Extrême-Sud de Madagascar. Actuellement l'oeil de la dépression qui se déplace lentement (13 km/h) est en face de Morombe. De fortes pluies avec des rafales de vent pouvant atteindre 130 km/h sont attendues.

Ce qui globalement se révèle bon pour les nappes phréatiques de cette région subaride peut avoir des répercutions désastreuses sous formes d'inondations des villages situés en marge des lits des cours d'eau et pour les quartiers de Tuléar situés en dessous du niveau des hautes mers de vive eau.

Ci-dessous : L'oeil du cyclone est bien visible au niveau du couloir d'Anteva - image GE

Haruna 22.02.2013 B

 

Haruna delta Fiherenana

En vert, le delta.

Haruna JML Tulear

 

Les quartiers les mieux protégés sont ceux qui se trouvent sur les dunes comme Tsinangea, les plus touchés, dans les anciens lits du fleuve, réactivés, et sur les tannes.

Voir les commentaires

Manasoa, village tanosy de l'Onilahy, référence pour les luthériens

Publié le par Jean-Michel L.

23°33’S, 44°16’E

Manasoa est une petite localité de la rive droite de l’Onilahy, proche de Tongobory. La population y est majoritairement tanosy. Ce fokontany est connu pour ses ammonites (Walaszczyk et al., 2004) et en tant que    Station Manasoa, nom curieusement donné à l’ « Eglise libre luthérienne américaine » de Madagascar. Celle-ci s’y est établie grâce au Pasteur Erik Hansen Tou (1887), un des "explorateurs de cette région", et au Dr J.O. Dyrnes qui travailla à Manasoa à partir de 1900.

 

MAD Manasoa GE2010B

Mandasoa - Image GE de 2010

 

MAD anaralava GE2010D

En aval le curieux village d'Anaralava à flanc de vallée - Image GE de 2010

Voir les commentaires

La tempête tropicale Haruna touche Tuléar

Publié le par Jean-Michel L.

 

Voir : Haruna et la tragédie de Tuléar

 

21/02 : la dépression vient d'être requalifiée en cyclone tropical. Celui-ci se dirige très lentement mais directement vers Tuléar. Des rafales de 165 km/h sont attendues de même qu'une forte marée de tempête. Il est important de signaler que ce type de dépression qui descend le canal de Mozambique reste le plus souvent à l'état de tempête. Nous avons donc à faire à un phénomène potentiellement très dangereux.

 

De jeudi 21 février 2013 au samedi 23, la tempête tropicale modérée Haruna va toucher Tuléar et l'Extrême-Sud de Madagascar. Actuellement l'oeil de la dépression qui se déplace lentement (13 km/h) est en face de Morombe. De fortes pluies avec des rafales de vent pouvant atteindre 130 km/h sont attendues.

Ce qui globalement se révèle bon pour les nappes phréatiques de cette région subaride peut avoir des répercutions désastreuses sous formes d'inondations des villages situés en marge des lits des cours d'eau et pour les quartiers de Tuléar situés en dessous du niveau des hautes mers de vive eau.

 

Haruna 20.02.2013 ge

Image Google Earth du 20/02/2013

 

MAD 1989 Toliara JML 109

Tuléar inondée

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>