Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #landes de gascogne tag

Les Landes de Gascogne de Chambrelent à Duponchel

Publié le par Paesaggio

Largement inspiré par les travaux de Nicolas-Thomas Brémontier (1738-1809) et d'Henry Crouzet, François Jules Hilaire Chambrelent (1817, Saint-Pierre - 1893) est  considéré comme un des « pères » de la forêt de pins maritimes des Landes de Gascogne. Cette ingénieur du génie civil sorti de Polytechnique et de  l’École nationale des ponts et chaussées expérimenta sur 500 ha à partir de 1849 à Cestas. Ses recommandations fondées sur un immense plan de drainage par crastes furent appliquées à partir de 1857 (Loi du 19 juin 1857 relative à l'assainissement et de mise en culture des Landes de Gascogne).

Adolphe Duponchel (1821, Florac - 1903) est considéré quant à lui comme un utopiste : il souhaitait à partir d'écoulements partis des Pyrénées et détournés vers les Landes, couvrir cet espace sableux et infertile de riches alluvions (sic). Ses théories eurent un certain succès à Paris mais heureusement ne furent pas mises en application du fait de leur coût, on le devine, très élevé. Il fut aussi à l'origine d'un projet de chemin de fer trans-saharien. Merci à Jean-Yves Puyo (géographe de l'université de Pau) de m'avoir fait découvrir cet étonnant personnage qui sans lui serait tombé dans l'oubli.

Références

DUPONCHEL, 1864.- Avant-projet pour la création d’un sol fertile à la surface des landes de Gascogne, Montpellier : Imprimerie de Gras.

DUPONCHEL, 1882.- Théorie des alluvions artificielles, fertilisation des Landes et réservoirs d’aménagement des eaux de crue dans la région des Pyrénées, Paris : Hachette.

A Pierroton, le monument édifié en 1907 à la gloire de Chambrelent
A Pierroton, le monument édifié en 1907 à la gloire de Chambrelent
A Pierroton, le monument édifié en 1907 à la gloire de Chambrelent

A Pierroton, le monument édifié en 1907 à la gloire de Chambrelent

La forêt des Landes de Gascogne. En 4, illustration (écomusée de Marquèze) des activités pré-forestières
La forêt des Landes de Gascogne. En 4, illustration (écomusée de Marquèze) des activités pré-forestières
La forêt des Landes de Gascogne. En 4, illustration (écomusée de Marquèze) des activités pré-forestières
La forêt des Landes de Gascogne. En 4, illustration (écomusée de Marquèze) des activités pré-forestières

La forêt des Landes de Gascogne. En 4, illustration (écomusée de Marquèze) des activités pré-forestières

Voir les commentaires

Les Landes de Gascogne inondées

Publié le par Paesaggio

L'inondation dans les Landes de Gascogne ne se traduit pas comme ailleurs. Les cours d'eau restent dans leurs vallées encaissées ; là, il n'y a pas d'habitations donc une vulnérabilité très réduite. La bordure des plateaux en limite de vallées reste quant à elle bien drainée. Ailleurs sur de vastes étendues planes, c'est la nappe phréatique qui affleure. Les Landes redeviennent momentanément ce gigantesque marais insalubre qu'elles étaient jusqu'à la moitié du XIXe. Le phénomène avait disparu ces dernières années mais il est réapparu en ce début d'année 2014 très pluvieux (autour de 200 mm en janvier). Crastes et fossés sont censés assurer le drainage mais nombre de ces derniers ne sont pas entretenus. En cette année de municipales, il ne faut pas trop compter sur certains maires pour faire changer les choses.

Des prairies inondées

Des prairies inondées

Les Landes de Gascogne inondées
La forêt devenue marécageuse

La forêt devenue marécageuse

Voir les commentaires

Inondation sur la Leyre à Salles (Gironde)

Publié le par Jean-Michel L.

44°32'N, 00°52'W

Fin janvier 2013 : près plusieurs mois de précipitations supérieures aux normales, les nappes phréatiques sont remontées à un niveau acceptable. Les pluies se poursuivant, voilà venir les inondations sur la Leyre. Rien de dramatique dans cette vallée encaissée sur le plateau landais, l'habitat se trouvant sur le plateau.

Juin : nouvel afflux d'eau après le déluge du 7-8 juin sur tout le bassin de la Leyre (de 70 à 130 mm) en 24 heures.

Fin janvier 2014 : La Leyre déborde et atteint presque le moulin pour la première fois depuis des années. Il faut dire qu'il est tombé environ 200 mm de précipitations durant ce mois de janvier.

Photos du 2 février 2013, du 15 juin 2013 et du 30 janvier 2014.

Inondation de fin janvier 2014
Inondation de fin janvier 2014

Inondation de fin janvier 2014

Février 2013 - L'ancien moulin de la vieille tante Madeleine sert de repère : il baigne dans l'eau lors des fortes crues (janvier 2013).La forêt riveraine à chêne pédonculé et à aulne retrouve l'eau !
Février 2013 - L'ancien moulin de la vieille tante Madeleine sert de repère : il baigne dans l'eau lors des fortes crues (janvier 2013).La forêt riveraine à chêne pédonculé et à aulne retrouve l'eau !
Février 2013 - L'ancien moulin de la vieille tante Madeleine sert de repère : il baigne dans l'eau lors des fortes crues (janvier 2013).La forêt riveraine à chêne pédonculé et à aulne retrouve l'eau !

Février 2013 - L'ancien moulin de la vieille tante Madeleine sert de repère : il baigne dans l'eau lors des fortes crues (janvier 2013).La forêt riveraine à chêne pédonculé et à aulne retrouve l'eau !

Inondation de juin 2013
Inondation de juin 2013
Inondation de juin 2013

Inondation de juin 2013

Imagerie satellitale Google earth 2011

Imagerie satellitale Google earth 2011

Voir les commentaires

Moustey-les-deux-églises

Publié le par Paesaggio

44°21'N, 00°45'W

La commune du Moustey (700 habitants, étymologie : moustier = monastère) dans la Haute-Lande a la particularité de présenter côte-à-côte deux églises : Saint-Martin (XIIe) et Notre-Dame (XIIIe siècle). Elles présentent de beaux clochers-murs en garluche.

Moustey-les-deux-églises
Moustey-les-deux-églises
Moustey-les-deux-églises

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>