Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #gironde tag

La centrale solaire Constantin à La Croix d'Hins

Publié le par Paesaggio

L'emprise sur une image satellitaire de 2003 (GE)

L'emprise sur une image satellitaire de 2003 (GE)

Sur la commune de Cestas, près du lieu-dit La Croix d'Hins, le long de la D1250 qui relie Bordeaux à Arcachon, sur 260 hectares s'étend la centrale photovoltaïque de Constantin. Ce serait la plus grande d'Europe mais en ce domaine les records ne devraient pas tenir longtemps. D'une capacité de 300 mégawatts (MW), elle devrait produire 350 gigawatts/heure par an, soit l'équivalent de la consommation électrique annuelle domestique de la ville de Bordeaux

La centrale solaire Constantin à La Croix d'Hins
La centrale solaire Constantin à La Croix d'Hins
La centrale solaire Constantin à La Croix d'Hins

Voir les commentaires

Uzeste, le village de Clément V

Publié le par Paesaggio

Uzeste est le village du pape Clément V, né Bertrand de Got (1264-1314). On y trouve une vaste collégiale où se trouve son tombeau.

Uzeste (dernière image : Google earth)
Uzeste (dernière image : Google earth)
Uzeste (dernière image : Google earth)
Uzeste (dernière image : Google earth)

Uzeste (dernière image : Google earth)

Voir les commentaires

Impôt sur le revenu : les inégalités en Gironde en 2013

Publié le par Paesaggio

Impôt sur le revenu : les inégalités en Gironde en 2013

La lecture en ligne du quotidien Sud-Ouest permettait, ce jeudi 5 février 2015, d'accéder à des chiffres passionnants : à l'échelle des communes, les statistiques de l'impôt moyen sur le revenu présentent quelques petites surprises. Faute de temps, la carte se contente de localiser quelques communes significatives.

On peut regarder d'abord les extrêmes : la toute petite communes de Cauvignac (354 euros, 162 habitants) contre celle de Pomerol (8 817 euros, 700 habitants) pour une moyenne girondine de 2775 € et nationale de 3 355 €. Vers le bas, on peut aller un tout petit peu plus bas (Sentenac d'Oust en Ariège : 92 euros) ; vers le haut, on trouve par contre beaucoup mieux (Paris 7e : 27 798 euros) !

Dans les villes, mis à part Bordeaux Métropole et le bassin d'Arcachon, on est plutôt en-dessous de la moyenne. A Bordeaux métropole , les contastes sont de mise : il y a les communes riches (Bordeaux, Le Bouscat, Gradignan, Pessac, etc.) et les communes pauvres (Cenon, Floirac, Bassens, Bègles, etc.). Même chose pour le bassin d'Arcachon où on est en moyenne plus riche au Cap Ferret qu'à Audenge, Biganos ou Arès.

Dans le vignoble, seule une bonne connaissance du terrain permet de comprendre : visiblement la composition sociale des communes n'est pas la même à Sauternes, Cérons, Bourg ou Moulis (1 528 euros) qu'à Saint-Emilion (7 503 €) ou à Pomerol.

Dans les campagnes autres que viticoles et dans la forêt, les revenus sont souvent médiocres mais il existe des exceptions flagrantes comme le petit village de Bourideys (8 290 €). Là, il n'y a que 86 habitants : il suffit donc qu'une seule famille très aisée y soit établie pour que la moyenne s'envole.

Voir les commentaires

A Belin-Beliet, la marque de Louis Cazenave

Publié le par Paesaggio

Si Belin-Beliet, commune de 4 500 habitants des Landes de Gascogne est hantée par l'image d'Aliénor d'Aquitaine qui y est née, elle est aussi marquée par l'empreinte qu'y a laissé Louis Cazenave, fondateur des Etablissements Cazenave, entre 1901 et 1975. Fils d'un modeste ouvrier d'Hostens, Louis Cazenave (1883-1958) est le génial promoteur d'une activité industrielle dynamique dans un village comptant à l'époque moins de 2 000 habitants. Ses usines employèrent jusqu'à 800 ouvriers venus de la Gironde et des Landes mais aussi des Pays-Bas et d'Espagne. Une partie vivait sur place, l'autre était acheminée quotidiennement par cars. Ses produits, vélo, vélomoteur, moto, chariots agricoles et autres ustensiles, le firent connaître jusqu'au-delà de l'Hexagone. Après avoir été apprenti dans divers domaines, il se met à son compte en 1901 comme réparateur de vélos. En 1906, pour avoir de la place, il rachète l'ancienne verrerie de Belin et se fait connaitre comme fabricant de bicyclettes qu'il fait connaître par une habile publicité. Il se lance avec succès dans l'industrie du bois. Pendant la guerre de 14-18, il se met au service du pays contribuant à produire des obus grâce à une fonderie. Sauf pendant le Seconde Guerre Mondiale, les usines Cazenave montent en puissance jusqu'à la mort de leur fondateur en 1958. Belin et Cazenave sont liés. Reprises par la famille, les usines finissent par toutes fermer de 1965 à 1975. Reste le souvenir d'une épopée industrielle très originale.

Une partie des Etablissements se trouvait là - imagerie satellitaire Google earth

Une partie des Etablissements se trouvait là - imagerie satellitaire Google earth

Il ne reste que d'anciens locaux abandonnés

Il ne reste que d'anciens locaux abandonnés

1. Belin reste la ville d'Aliénor. 2 La salle des fêtes de Belin
1. Belin reste la ville d'Aliénor. 2 La salle des fêtes de Belin

1. Belin reste la ville d'Aliénor. 2 La salle des fêtes de Belin

Voir les commentaires

1 2 > >>