Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #geomorphologie tag

Talus contre falaise ?

Publié le par Jean-Michel L.

Les étudiants de géomorphologie ont souvent tendance à utiliser le mot "falaise" à tort et à travers... comme cela se fait dans le vocabulaire de tous les jours. Le mot "talus" désigne toute déclivité brutale séparant deux surfaces à faible déclivité générale. Le mot falaise quant à lui est un terme désignant un élément de modelé (forme de relief en relation avec un agent d'érosion). Dans le cas d'une falaise, il s'agit de la mer qui a modelé un talus. Vous est proposée ici une magnifique image GeoEye. Cependant dans la toponymie (rien à voir avec la géomorphologie), le terme est parfois employé pour désigner un talus sans relation avec la mer. Comme quoi rien n'est simple ! Un des exemples les plus connus est celui de la Falaise de Bandiagara au Mali. 

 

NZ Dunedin 2009 GE700

Falaises à Dunedin, Nouvelle-Zélande, Ile du Sud - (image GeoEye de 2010 proposée par Google Earth)

MALI Banduagara 2005 GE125

La Falaise de Bandiagara (image de 2004 proposée par Google Earth)

Voir les commentaires

Les falaises crétacées de l'Algarve (Portugal)

Publié le par Jean-Michel L.

L'érosion littorale dans les calcaires gréseux et de grès calcaires de l'Algarve a donné ces véritables dentelles de pierre si prisées des touristes. Il faut dire que la clarté des eaux aide beaucoup. Cette érosion avait été précédée par une karstification qui explique l'existence de porches, reliques d'anciennes galeries, et d'innombrables grottes. L'effondrement d'une de ces falaises longeant une plage, à la suite d'un petit séisme en août 2009, en pleine saison estivale, a provoqué la mort de plusieurs personnes.

 

PORT Agarve 1979 JML1

Voir les commentaires

L'île de Christmas (Australie), son karst et ses phosphates

Publié le par Jean-Michel L.

Comme de nombreuses autres îles du Pacifique (Nauru, Makatea notamment) et de l'océan Indien, Christmas doit sa richesses à ses gisements de phosphates. On la connait surtout pour ses crabes rouges Gecarcoidea natalis qui ont fait l'objet de multiples reportages et depuis quelques années pour les naufrages de demandeurs d'Asile venus d'Asie occidentale. 

 

Cette île de 135 km2 se situe à 300 km au sud de Java dans l'océan Indien mais elle dépend de l'Australie depuis 1958. Elle était vide d'habitants lorsque W. Mynors, un marin anglais la découvrit en 1643. Mais il est possible que d'autres marins l'aient repérée auparavant.

 

C'est un morceau d'atoll soulevé et couvert par une très belle forêt pluviale de 50 mètres de haut à Planchonella nitida, Syzygium nervosum, Tristiropsis acutangula et Inocarpus fagifer. Les précipitations de l'ordre de 2 000 mm par an y prédisposent en dépit d'un répit pluviométrique de trois mois. Ses calcaires qui surmontent des basaltes sont karstifiés : on peut y découvrir plusieurs très belles grottes. A ce sujet on pourra lire avec intérêt l'article en PDF de Paul Meek dans Heliclite (2001).

 

En 1897, La Christmas Island Phosphate Co commence à exploiter les phosphates en faisant venir une population immigrée de la péninsule malaise. L'île qui dépend de la Grande-Bretagne est dirigée depuis Singapour. Aujourd'hui encore les phosphates constituent la principale richesse d'une île à la population variable mais faible (de 400 à 2400 habitants - cela dépend du nombre de travailleurs temporaires et de prisonniers). L'exploitation est sous le contrôle actuel de l' Union of Christmas Island Workers.

 

Le tourisme ne fait pas bon ménage avec la mine : il est à peu près nul. Il faut dire que l'Australie a en 2001 transformé l'île en centre de rétention. La question se pose d'ailleurs de savoir quels sont les liens entre ce centre et la politique anti-terroriste des Etats-Unis.

 

AUS Christmas 2005 GE500m

Le port de Flying Fish Cove au Nord de l'île (Imagerie Google Earth, 2005)

AUS Christmas 2006 GE1km

Les mines de phosphate au Sud de l'île (Imagerie Google Earth, 2006)

Voir les commentaires

A Vineta (Sud-Ouest de Madagascar), une dépression par soutirage

Publié le par Jean-Michel L.

Au bord de la RN7 entre Tuléar et Sakaraha, non loin de Vineta sur le causse éponyme, est apparu en 1986 une profonde dépression fermée qui est allée en s'approfondissant et en s'élargissant au dépens de la route du fait de la création de ravinements. On a dû créer plusieurs contournements successifs. Aujourd'hui, on voit bien l'ancien tracé rectiligne de la nationale.

 

On doit ce phénomène à la crypto-dissolution des calcaires eux-mêmes recouverts par des basaltes altérés. La dépression s'est créée par soutirage. Aujourd'hui, cette curieuse dépression n'évolue plus que très lentement et est en grande partie fossilisée par la végétation.

 

MAD Vineta JML1987

Le site photographié en 1987

MAD Andranovory 77 2004trou

Image Google Earth de 2010, L = 280 m environ.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 > >>