Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #cartes tag

Odessa entre Bessarabie, Moldavie et Transnistrie

Publié le par Paesaggio

Elle est connue pour ses escaliers et la célèbre scène du landau du Cuirassé Potemkine (reprise notamment par Gotlib!) ; elle a été fondée en 1794 par des militaires russes ; son nom fait référence à l'Odyssée et à Ulysse ; elle a été marquée par d'abominables massacres de Juifs par les Roumains d'Antonescu en 1941 ; c'est un grand port de la Mer Noire. Quelle est cette ville ? C'est Odessa.

Cette ville ukrainienne d'un million d'habitants aux influences architecturales françaises a été bâtie sur une terre où Scythes, Daces, Huns, Polonais, Lituaniens, Tatars, Turcs ottomans, Russes et Roumains se sont succédés.

Odessa est une ville-carrefour entre cette partie de la Bessarabie dénommée Boujaka très marquée par la domination tatar jusqu'au XVIIIe siècle, par la Moldavie toute proche et par la Transnistie au sens exact du terme, c'est à dire les régions située sur la rive gauche du Dniestr et au sud de la Podolie, non pas la seule petite région moldave occupée par l'armée russe (en vert sur la carte). Les frontières n'y ont pas cessé de fluctuer lors du XIXe et de la première moitié du XXe siècle.

Aujourd'hui, Odessa est au coeur d'une région explosive à la marge d'une Union Européenne qui croit imprudemment que la paix est un bien définitivement acquis. D'autres qui raisonnent comme au XIXe ou en phase avec les grands dictateurs du XXe siècle souhaitent lui faire payer cher ce qui leur semble une incroyable erreur.

Odessa entre Bessarabie, Moldavie et Transnistrie
Odessa vue par Google earth
Odessa vue par Google earth

Odessa vue par Google earth

Odessa et sa région vus par Google earth : 1- chargement de minéraliers à Bilyari, 2- champs, 3- Le lido du liman du Dniestr
Odessa et sa région vus par Google earth : 1- chargement de minéraliers à Bilyari, 2- champs, 3- Le lido du liman du Dniestr
Odessa et sa région vus par Google earth : 1- chargement de minéraliers à Bilyari, 2- champs, 3- Le lido du liman du Dniestr

Odessa et sa région vus par Google earth : 1- chargement de minéraliers à Bilyari, 2- champs, 3- Le lido du liman du Dniestr

Voir les commentaires

La Moldavie malade de la Transnistrie

Publié le par Paesaggio

La Moldavie ou Moldova est un petit pays d'Europe orientale s'étendant sur 33 800 km2 et comptant environ 3 600 000 habitants. Créée par Staline, la Moldova faisait autrefois partie de l'Union Soviétique mais réclame aujourd'hui son rattachement à l'Union Européenne. Ses habitants parlent majoritairement le roumain mais il ne faut pas oublier de nombreuses minorités ayant bien conservé leurs traditions : Ukrainiens, Gagaouzes, Tatars, Russes, etc.

L'ancienne principauté de Moldavie née au Moyen-Age est en fait découpée en trois parties : 1) une partie roumaine appelée également Moldavie, 2) la République Moldave et 3) une partie ukrainienne (la région de Balta en Podolie). Pour compliquer le tout, la région orientale de la République Moldave située sur la rive droite du Dniestr est occupée par des troupes russes et échappe donc à l'autorité de la capitale Chisinau. C'est la Transnistrie ou République Moldave du Dniestr, entité autonome (4100 km2, 550 000 habitants) qui vient de réclamer son rattachement à la Fédration de Russie. Si la Moldavie est un modèle d'enclavement, c'est encore plus vrai pour la Transnistrie. Il s'agit là d'un des points les plus explosifs de l'Europe. Cette partie du monde a la complexité des Balkans dont elle ne fait cependant pas partie.

Il existe un autre territoire autonome en Moldavie : c'est la Gagaouzie (1800 km2, 150 000 habitants)  majoritairement peuplée de Gagaouzes, des turcophones orthodoxes de Bulgarie, déportés en ce lieu en 1812 quand la Russie annexa la Bessarabie.

A lire : les articles de l'excellent site : http://www.moldavie.fr/

Carte de la Moldavie

Carte de la Moldavie

L'élevage ovin en Moldavie

L'élevage ovin en Moldavie

Trois types de paysages vus par Google earth : le Dniestr à Poiana, la polyculture dans un village de la Transnistrie, l'industrie à Tiraspol, "capitale" de la Transnistrie
Trois types de paysages vus par Google earth : le Dniestr à Poiana, la polyculture dans un village de la Transnistrie, l'industrie à Tiraspol, "capitale" de la Transnistrie
Trois types de paysages vus par Google earth : le Dniestr à Poiana, la polyculture dans un village de la Transnistrie, l'industrie à Tiraspol, "capitale" de la Transnistrie

Trois types de paysages vus par Google earth : le Dniestr à Poiana, la polyculture dans un village de la Transnistrie, l'industrie à Tiraspol, "capitale" de la Transnistrie

Voir les commentaires

Paysages de Crimée

Publié le par Paesaggio

Cette péninsule de 26 000 km2, peuplée d'environ deux millions d'habitants, à la longue histoire mouvementée marquée par la domination des Tatars (1), correspond à la Tauride grecque. En 1774, elle fut annexée par les Russes aux dépens des Turcs Ottoman. En 1954, Kroutchev la céda à l'Ukraine.

Au sud, les très escarpés Monts de Crimée culminent à 1 545 mètres. Une partie du littoral bénéficie d'un climat sub-méditerranéen qui a profité à une agriculture riche en vergers et en plantes à essences. Ce climat favorable est également est à l'origine de la célèbre et ancienne "riviera russe", celle des villes balnéaires comme Yalta ou Théodosie. L'activité touristique, en plein boom, repose sur la clientèle russe autrefois fortunée (comme les grands écrivains russes), aujourd'hui populaire. La Crimée est une république autonome au sein de l'Ukraine. Mais Sébastopol, qui n'en fait pas partie, a également un statut autonome et se présente comme abritant une importante base navale stratégique russe. Les russophones y sont majoritaires (58%). De nombreux habitants de Crimée sont d'ailleurs d'origine russe et possèdent un passeport russe. Mais là aussi la complexité est de mise avec des descendants d'innombrables minorités comme la minorité arménienne par exemple. Nul ne peut dire si la majorité est russophile.

La Guerre de Crimée (1854-56) opposa les Russes du tsar Nicolas 1er aux Turcs, alliés aux Français et aux Britanniques. Les Russes durent capituler.

(1) Les Tatars (15% de la population) sont des turcophones venus d'Asie centrale au XIe siècle, d'abord réfugiés dans la montagne avant d'embrasser pour la plupart la religion sunnite à partir du XVe siècle. Considérés comme de féroces esclavagistes, ils furent à leur tour soumis aux descendants de leurs victimes à partir de la fin du XVIIIe. Staline les déporta et en extermina un grand nombre. Aujourd'hui ils forment une diaspora d'un million de personnes en Turquie. Environ 250 000 sont réinstallés en Crimée et sont plutôt indépendantistes.

La Crimée

La Crimée

Les plages de Yalta (Google earth, 2011)

Les plages de Yalta (Google earth, 2011)

La base navale russe (GE, 2013)

La base navale russe (GE, 2013)

On compte au moins 70 000 ha de vignes en Crimée (Google earth, 2011)

On compte au moins 70 000 ha de vignes en Crimée (Google earth, 2011)

Grande culture en Crimée : là où autrefois les Tatars élevaient leurs chevaux (GE 2012)

Grande culture en Crimée : là où autrefois les Tatars élevaient leurs chevaux (GE 2012)

Voir les commentaires

Géographie régionale de l'Ukraine

Publié le par Paesaggio

Géographie régionale de l'Ukraine

On parle beaucoup de l'Ukraine (ex-Petite Russie), mais qui connait les régions qui forment ce pays ? On regardera les localisations sur la carte ci-dessus. Voici quelques rappels sommaires :

Le Donbass : cette région faisait autrefois la une des manuels scolaires. C'est le bassin houiller du Donets, affluent du Don, l'ancienne Méotide. Sa "capitale" Donetsk a été fondée en 1869. Toute cette région de terrils et de puits de mines doit son ancienne prospérité au charbon, à la sidérurgie et à la métallurgie. On a tendance à y joindre certaines villes industrielles du bassin du Dniepr comme Dnipropetrovsk et encore plus à l'ouest, Kryvyi Rih (Krivoi Rog) où on extrayait du minerai de fer. Y vivent de nombreux descendants de Russes immigrés. Le Kouzbass, autre région minière et industrielle, se trouve, lui, en Sibérie.

La plaine du Dniepr : c'est là que se trouve Kiev, la capitale et plus grande ville de l'Ukraine (2,8M hab) fondée au VIe siècle. C'est une région agricole prospère où se fait la grande culture du blé sur les chernozems, ces sols isohumiques noirs. Le Dniepr, immense fleuve de 2 300 km de long a un bassin amont en Biélorussie et en Russie. Les Français connaissent bien un de ses affluents biélorusses : la Bérézina ! Des barrages retenant de grands lacs-réservoirs ont facilité la navigation. Cettte plaine faisait partie d'une région disparue, le Zaporogue, créée par les Cosaques ukrainiens entre 1552 et 1775. Ce sont les ancêtres des Cosaques du Kouban, ukrainophones vivant maintenant en Russie.

La Crimée (terme tatar signifiant "ma colline") : cette péninsule de 26 000 km2, à la longue histoire mouvementée marquée par la domination des Tatars, correspond à la Tauride grecque. Au sud, les très escarpés Monts de Crimée culminent à 1 545 mètres. Une partie du littoral bénéficie d'un climat sub- méditerranéen qui a profité à la "riviera russe", celle des villes balnéaires comme Yalta ou Théodosie. L'activité touristique repose sur la clientèle russe autrefois fortunée (comme les grands écrivains russes), aujourd'hui populaire. Sébastopol a un statut autonome et se présente comme une base navale stratégique russe. Depuis mars 2014, la Crimée est occupée par l'armée russe en violation des traités internationaux.

La Bessarabie méridionale et le Yedisan : l'ancienne Bessarabie est partagée entre la Moldavie (Etat indépendant de Moldova) et l'Ukraine qui a hérité de 10 000 km2 : le Boudjak littoral peuplé de nombreux roumanophones parfois musulmans. Plus à l'est, on trouve la grande ville portuaire d'Odessa (plus d'un million d'habitants) fondée par les Russes en 1794, commandant une région tatar à l'origine, le Yedisan. 100 000 Juifs y furent assassinés par les autorités fascistes roumaines pendant le seul mois d'octobre 1941.

La Podolie : surplombée par le massif des Carpates, cette région agricole de plateaux se situe entre Carpates et Dniepr autour de la ville de Vinnytsia. Sa partie méridionale forme la Transnistrie. Entre Boug méridional et Dniestr, la Transnistrie ukrainienne, zone d'occupation roumaine entre 1941 et 1944,  est prolongée à l'ouest (rive gauche du Dniestr) par la Transnistrie morave sous occupation militaire russe.

Les Carpates et la Ruthénie subcarpatique : les Carpates ukrainiennes entre Carpates roumaines et slovaques culminent à 2060 mètres. Couvertes de forêts de Conifères, elles abritent ours et loups. Qui se souvient de ce superbe film "Les chevaux de feu" tourné par Serge Parajdanov en 1964 en Ruthénie subcarpatique ? Cette magnifique région enclavée et rurale tchécoslovaque fut rattachée à l'Ukraine par les Soviétiques.

La Volhynie : au NO de l'Ukraine, l'ancienne Lodomirie, terre de forêts, de marécages et de grande culture a été polonaise de 1920 à 1939. Reprise par les Allemands au Soviétiques en 1941, elle fut touchée par d'effroyables massacres dont furent victimes les Juifs et les partisans ukrainiens.

La Polésie : à cheval sur la Biélorussie et l'Ukraine autour du Pripet, cette région agricole peu peuplée, riche en espaces naturels encore sauvages, est connue à travers la catastrophe de Tchernobyl.

0dessa : les escaliers du "Cuirassé Potemkine"

0dessa : les escaliers du "Cuirassé Potemkine"

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>