Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #afrique tag

Georges Balandier (1920-2016)

Publié le par Paesaggio

Georges Balandier (1920-2016)

" Avec le recul dans le temps, quelles images émergent de ma mémoire, aux moments où un besoin intérieur me fait désirer l'Afrique ? Celles de sites que j'ai aimés, où reparaît la magnificence de l'océan et des fleuves. Celle de visages surtout. Il n'y a pas de monuments et guère d'oeuvres d'art qui puissent s'imposer définitivement à un esprit étranger. Les civilisations noires apportent plus une certaine manière d'être qu'une certaine manière de faire. Elles n'ont point édifié pour leur postérité. Elles ont maintenu un perpétuel présent. ..."

Georges Balandier

Extrait d'Afrique ambigüe, Plon, Terre humaine, 1957 : p. 311

Voir les commentaires

Au coeur des ténèbres : Syrte

Publié le par Paesaggio

Au coeur des ténèbres : Syrte

31°12'N, 16°35'E

Syrte, une vieille cité de Tripolitaine connue comme la Macomades selorum des Romains aurait pu mener une vie paisible sur la rive nord du Sahara. L'ancien chef d'Etat de la Libye qui y était né en avait fait une vitrine de l'opulence pétrolière de sa tribu. Depuis le printemps 2015, la ville, en prise depuis quelques années au chaos, serait devenue la principale base de l'Etat islamique, prenant le relais de Raqqa en Syrie. De ce repaire, l'EI pourrait bientôt menacer les Etats les plus faibles de l'Europe du Sud, fort de nombreuses complicités. En Afrique septentrionale, l'Algérie et la Tunisie paraissent des maillons faibles qu'il peut complètement déstabiliser. Il en est de même des pays du Sahel en collaboration avec AQMI voué jusqu'ici aux défaites militaires.

Différents aspects de Syrte : le tissu urbain, le littoral aménagé, la vitrine, le réservoir en forme d'oeil, les stocks d'arme, les hydrocarbures. Imagerie satellitaire de 2014 mise à disposition par Google earth.
Différents aspects de Syrte : le tissu urbain, le littoral aménagé, la vitrine, le réservoir en forme d'oeil, les stocks d'arme, les hydrocarbures. Imagerie satellitaire de 2014 mise à disposition par Google earth. Différents aspects de Syrte : le tissu urbain, le littoral aménagé, la vitrine, le réservoir en forme d'oeil, les stocks d'arme, les hydrocarbures. Imagerie satellitaire de 2014 mise à disposition par Google earth. Différents aspects de Syrte : le tissu urbain, le littoral aménagé, la vitrine, le réservoir en forme d'oeil, les stocks d'arme, les hydrocarbures. Imagerie satellitaire de 2014 mise à disposition par Google earth.
Différents aspects de Syrte : le tissu urbain, le littoral aménagé, la vitrine, le réservoir en forme d'oeil, les stocks d'arme, les hydrocarbures. Imagerie satellitaire de 2014 mise à disposition par Google earth. Différents aspects de Syrte : le tissu urbain, le littoral aménagé, la vitrine, le réservoir en forme d'oeil, les stocks d'arme, les hydrocarbures. Imagerie satellitaire de 2014 mise à disposition par Google earth. Différents aspects de Syrte : le tissu urbain, le littoral aménagé, la vitrine, le réservoir en forme d'oeil, les stocks d'arme, les hydrocarbures. Imagerie satellitaire de 2014 mise à disposition par Google earth.

Différents aspects de Syrte : le tissu urbain, le littoral aménagé, la vitrine, le réservoir en forme d'oeil, les stocks d'arme, les hydrocarbures. Imagerie satellitaire de 2014 mise à disposition par Google earth.

Voir les commentaires

Maurel et H.Prom ou le Sénégal vu par une grande entreprise bordelaise

Publié le par Paesaggio

Fin 2014 est sorti aux PUB un important (et volumineux) ouvrage en deux tomes consacré à la doyenne des maisons de commerces bordelaises impliquées au Sénégal et dans les Rivières du Sud de 1831 à 1919. Il s'agit de la société Maurel et H. Prom (1). La thématique tourne non seulement autour de l'histoire de Bordeaux et des relations économiques entre le grand port atlantique et le Sénégal, mais plus encore traite du rôle invraisemblable qu'ont joué certaines grandes maisons commerciales dans la politique coloniale de la France. Voilà une saga familiale passionnante qui ne rentre en aucun cas dans l'intimité des familles, mais dont on peut pourtant être certain qu'elle donnera un jour lieu à un film ou à une série télévisée. Si une multitude de produits (2) est concernée par le commerce de traite, il en est un qui prédomine : l'arachide qui a cette époque s'impose aux paysans sénégalais et à ceux de plusieurs autres pays de l'Afrique de l'Ouest (Gambie, Guinée Bissau, Soudan devenu Mali, etc.).

On doit cette oeuvre magistrale à forte consonance économique et politique non à un historien, comme on aurait pu le croire d'abord, mais à un géographe, professeur à l'université de Bordeaux, Yves Péhaut. Celui-ci a su mettre sa retraite à profit en s'investissant avec tenacité pendant de nombreuses années dans la rédaction de ce double livre.

Nous nous sommes contentés d'illustrer avec des images satellitaires puisées dans Google earth quelques uns des lieux concernés par l'ouvrage.

(1) Péhaut, Yves, 2014.- La doyenne des « Sénégalaises » de Bordeaux : Maurel et H.Prom de 1831 à 1919, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2014, 2 tomes (463 p. et 581 p.)

(2) Parmi eux, j'ai retenu la pourghère (Jatropha curcas), une plante oléagineuse qui se développait surtout dans les îles du Cap-Vert... et dont on reparle beaucoup aujourd'hui.

1. Bordeaux Bacalan où fut édifiée l'huilerie en 1857,  2. Le siège de la rue de la Rousselle, 3. Le château de beauval à Bassens où Emile Maurel recevait ses invités.
1. Bordeaux Bacalan où fut édifiée l'huilerie en 1857,  2. Le siège de la rue de la Rousselle, 3. Le château de beauval à Bassens où Emile Maurel recevait ses invités.
1. Bordeaux Bacalan où fut édifiée l'huilerie en 1857,  2. Le siège de la rue de la Rousselle, 3. Le château de beauval à Bassens où Emile Maurel recevait ses invités.

1. Bordeaux Bacalan où fut édifiée l'huilerie en 1857, 2. Le siège de la rue de la Rousselle, 3. Le château de beauval à Bassens où Emile Maurel recevait ses invités.

Quelques lieux d'implantation majeure de Maurel et H.Prom : l'île de Gorée, Saint-Louis, Boulam (non loin de Bissau), Kayes (Sudan devenu Mali), Bathurst devenue Banjul.
Quelques lieux d'implantation majeure de Maurel et H.Prom : l'île de Gorée, Saint-Louis, Boulam (non loin de Bissau), Kayes (Sudan devenu Mali), Bathurst devenue Banjul.
Quelques lieux d'implantation majeure de Maurel et H.Prom : l'île de Gorée, Saint-Louis, Boulam (non loin de Bissau), Kayes (Sudan devenu Mali), Bathurst devenue Banjul.
Quelques lieux d'implantation majeure de Maurel et H.Prom : l'île de Gorée, Saint-Louis, Boulam (non loin de Bissau), Kayes (Sudan devenu Mali), Bathurst devenue Banjul.
Quelques lieux d'implantation majeure de Maurel et H.Prom : l'île de Gorée, Saint-Louis, Boulam (non loin de Bissau), Kayes (Sudan devenu Mali), Bathurst devenue Banjul.
Quelques lieux d'implantation majeure de Maurel et H.Prom : l'île de Gorée, Saint-Louis, Boulam (non loin de Bissau), Kayes (Sudan devenu Mali), Bathurst devenue Banjul.

Quelques lieux d'implantation majeure de Maurel et H.Prom : l'île de Gorée, Saint-Louis, Boulam (non loin de Bissau), Kayes (Sudan devenu Mali), Bathurst devenue Banjul.

Voir les commentaires

Incroyable Ghana littoral !

Publié le par Paesaggio

Voici un titre superlatif choisi en hommage aux anciennes conférences de Connaissance du Monde. L'idée de cette page consacrée au Ghana est venue en fait à la suite de l'audition d'une excellente conférence de François Bart aux bien connus Lundis de la géographie de Bordeaux (c'était hier, le 16 mars !). J'y ai notamment appris que le Ghana, un grand pays anglophone de l'Afrique de l'Ouest, était l'un des pays du monde où les groupes organisés de touristes français étaient les plus rares. Voilà donc l'occasion de montrer via Google earth quelques  remarquables sites et paysages de ce pays, histoire de vous inciter à le visiter.

Pour mémoire - surface : 239 000 km2, population : 26 millions d'habitants, taux de croissance en 2013 : 7,9%.

N'oubliez pas de cliquer sur les images pour mieux les voir et les mettre en diaporama.

 

Incroyable Ghana littoral !
Elmina, un grand port de pêche traditionnelle, très actif, possède le plus ancien fort du Ghana : o Castelo de São Jorge da Mina, bâti par les Portugais (1482-86). Celui qui est présenté juste derrière est le fort Saint-Jago bâti par les Hollandais entre 1666 et 1671.
Elmina, un grand port de pêche traditionnelle, très actif, possède le plus ancien fort du Ghana : o Castelo de São Jorge da Mina, bâti par les Portugais (1482-86). Celui qui est présenté juste derrière est le fort Saint-Jago bâti par les Hollandais entre 1666 et 1671.
Elmina, un grand port de pêche traditionnelle, très actif, possède le plus ancien fort du Ghana : o Castelo de São Jorge da Mina, bâti par les Portugais (1482-86). Celui qui est présenté juste derrière est le fort Saint-Jago bâti par les Hollandais entre 1666 et 1671.
Elmina, un grand port de pêche traditionnelle, très actif, possède le plus ancien fort du Ghana : o Castelo de São Jorge da Mina, bâti par les Portugais (1482-86). Celui qui est présenté juste derrière est le fort Saint-Jago bâti par les Hollandais entre 1666 et 1671.

Elmina, un grand port de pêche traditionnelle, très actif, possède le plus ancien fort du Ghana : o Castelo de São Jorge da Mina, bâti par les Portugais (1482-86). Celui qui est présenté juste derrière est le fort Saint-Jago bâti par les Hollandais entre 1666 et 1671.

Histoire et modernité : côte-à-côte, le fort Oranje de Sekondi (1700) et le port deTakooradi, ville pétrolière.

Histoire et modernité : côte-à-côte, le fort Oranje de Sekondi (1700) et le port deTakooradi, ville pétrolière.

Accra
Accra
Accra

Accra

En allant vers le Togo, embouchure de la Volta (hôtel) et lido très exploité
En allant vers le Togo, embouchure de la Volta (hôtel) et lido très exploité
En allant vers le Togo, embouchure de la Volta (hôtel) et lido très exploité

En allant vers le Togo, embouchure de la Volta (hôtel) et lido très exploité

Voir les commentaires

1 2 > >>