Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les Landes de Gascogne inondées

Publié le par Paesaggio

L'inondation dans les Landes de Gascogne ne se traduit pas comme ailleurs. Les cours d'eau restent dans leurs vallées encaissées ; là, il n'y a pas d'habitations donc une vulnérabilité très réduite. La bordure des plateaux en limite de vallées reste quant à elle bien drainée. Ailleurs sur de vastes étendues planes, c'est la nappe phréatique qui affleure. Les Landes redeviennent momentanément ce gigantesque marais insalubre qu'elles étaient jusqu'à la moitié du XIXe. Le phénomène avait disparu ces dernières années mais il est réapparu en ce début d'année 2014 très pluvieux (autour de 200 mm en janvier). Crastes et fossés sont censés assurer le drainage mais nombre de ces derniers ne sont pas entretenus. En cette année de municipales, il ne faut pas trop compter sur certains maires pour faire changer les choses.

Des prairies inondées

Des prairies inondées

Les Landes de Gascogne inondées
La forêt devenue marécageuse

La forêt devenue marécageuse

Voir les commentaires

Paysages comparés : Tchécoslovaquie 1938 - Ukraine 2014

Publié le par Paesaggio

Qui se souvient des Sudètes ?

Petit rappel chronologique :

  • * 1920-1938 : une minorité germanophone, les Allemands des Sudètes, au sein d’un fragile Etat européen, la Tchécoslovaquie ;
  • * un voisin puissant et surarmé, l’Allemagne, dirigée par un chef de guerre sans scrupules ;
  • * la confiance aveugle d’une partie de cette minorité aux idées grandioses de ce chef étranger ;
  • * une agitation dirigée depuis Berlin et un appel à l’aide des Sudètes « opprimés » par les Tchèques ;
  • * Munich, septembre 1938 : c'est le lâchage des Tchécoslovaques par l’Europe démocratique (Royaume-Uni et France) : « l’Allemagne a quand même le droit d’assurer sa sécurité et de venir au secours de ses ressortissants. Ne l’humilions pas plus surtout qu’on nous annonce mille ans de paix ! » ; l'opinion publique et les médias applaudissent ;
  • * invasion partielle de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne dans le seul but de protéger les Sudètes (octobre), suivie de son annexion (mars 1939) ;
  • * invasion de la Pologne. Cinq ans d’une guerre mondiale que l’opinion publique française n’avait pas imaginée, des millions de morts ;
  • * 1945 : expulsion définitive et sans appel des Sudètes survivants, de leur pays natal, la Tchécoslovaquie.

Devinette : en cette année 2014, quels pays pourraient jouer le rôle de la Tchécoslovaquie et de l'Allemagne, quelle région celle des Sudètes... sur fond de paysage européen ? .

Les Sudètes, l'Allemagne et la Tchécoslovaquie

Les Sudètes, l'Allemagne et la Tchécoslovaquie

Voir les commentaires

Google Streetview à Sofia

Publié le par Paesaggio

Exemples de véhicules dédiés à la saisie complaisante de nos rues. Un outil inimaginable il y a encore quelques années. Ils étaient exposés, il y a quelques mois, à la curiosité des habitants de Sofia.

Google Streetview à Sofia
Google Streetview à Sofia

Voir les commentaires

Paysages de Crimée

Publié le par Paesaggio

Cette péninsule de 26 000 km2, peuplée d'environ deux millions d'habitants, à la longue histoire mouvementée marquée par la domination des Tatars (1), correspond à la Tauride grecque. En 1774, elle fut annexée par les Russes aux dépens des Turcs Ottoman. En 1954, Kroutchev la céda à l'Ukraine.

Au sud, les très escarpés Monts de Crimée culminent à 1 545 mètres. Une partie du littoral bénéficie d'un climat sub-méditerranéen qui a profité à une agriculture riche en vergers et en plantes à essences. Ce climat favorable est également est à l'origine de la célèbre et ancienne "riviera russe", celle des villes balnéaires comme Yalta ou Théodosie. L'activité touristique, en plein boom, repose sur la clientèle russe autrefois fortunée (comme les grands écrivains russes), aujourd'hui populaire. La Crimée est une république autonome au sein de l'Ukraine. Mais Sébastopol, qui n'en fait pas partie, a également un statut autonome et se présente comme abritant une importante base navale stratégique russe. Les russophones y sont majoritaires (58%). De nombreux habitants de Crimée sont d'ailleurs d'origine russe et possèdent un passeport russe. Mais là aussi la complexité est de mise avec des descendants d'innombrables minorités comme la minorité arménienne par exemple. Nul ne peut dire si la majorité est russophile.

La Guerre de Crimée (1854-56) opposa les Russes du tsar Nicolas 1er aux Turcs, alliés aux Français et aux Britanniques. Les Russes durent capituler.

(1) Les Tatars (15% de la population) sont des turcophones venus d'Asie centrale au XIe siècle, d'abord réfugiés dans la montagne avant d'embrasser pour la plupart la religion sunnite à partir du XVe siècle. Considérés comme de féroces esclavagistes, ils furent à leur tour soumis aux descendants de leurs victimes à partir de la fin du XVIIIe. Staline les déporta et en extermina un grand nombre. Aujourd'hui ils forment une diaspora d'un million de personnes en Turquie. Environ 250 000 sont réinstallés en Crimée et sont plutôt indépendantistes.

La Crimée

La Crimée

Les plages de Yalta (Google earth, 2011)

Les plages de Yalta (Google earth, 2011)

La base navale russe (GE, 2013)

La base navale russe (GE, 2013)

On compte au moins 70 000 ha de vignes en Crimée (Google earth, 2011)

On compte au moins 70 000 ha de vignes en Crimée (Google earth, 2011)

Grande culture en Crimée : là où autrefois les Tatars élevaient leurs chevaux (GE 2012)

Grande culture en Crimée : là où autrefois les Tatars élevaient leurs chevaux (GE 2012)

Voir les commentaires