Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dukki Gel, un site archéologique remarquable à Kerma au Soudan

Publié le par Paesaggio

Le site de Dukki Gel via Google earth

Le site de Dukki Gel via Google earth

19°36′2.89″N ; 30°24′35.03″E

On parle beaucoup ces derniers temps des découvertes de l'archéologue suisse Charles Bonnet (1). Il s'agit d'une civilisation mystérieuse de Nubie, visible grâce à des restes archéologiques, thème propre à attirer de nombreux lecteurs (2). Encore fallait-il localiser ce lieu. Pour cela il faut faire sa recherche non à Dogi Gel comme indiqué dans les articles (ce qui évoque plutôt un shampoing pour chien) mais à Dukki Gel.

 (1) Un archéologue suisse déterre au Soudan les restes d’un passé mystérieux. Cela fait plus de cinquante ans que l’archéologue Charles Bonnet effectue des recherches au Soudan.En savoir plus sur lemonde.fr/afrique/ du 10 février 2017.

(2) Pour en savoir davantage aller à www.kerma.ch, l'excellent site de la mission archéologique suisse.

Localisation via Google earth
Localisation via Google earth

Localisation via Google earth

Voir les commentaires

Les mangroves de la Mondah au Gabon

Publié le par Paesaggio

Les mangroves de la Mondah au Gabon

Voir le dossier photo sur Mangroves, mangal 1    2,     3,     4.

 

Les mangroves de la Mondah au Gabon

Voir les commentaires

Son nom de Calcutta dans Venise déserte

Publié le par Paesaggio

Son nom de Calcutta dans Venise déserte

Oui, le titre de ce film de Marguerite Duras a été inversé. Mais il s'agit bien des canaux de Venise où ont été faites ces photos (par l'auteur du blogue comme d'habitude).

Son nom de Calcutta dans Venise déserte
Son nom de Calcutta dans Venise déserte
Son nom de Calcutta dans Venise déserte

Voir les commentaires

Citations sur le thème des paysages - 2

Publié le par Paesaggio

Sighisoara, paysage de Transylvanie

Sighisoara, paysage de Transylvanie

Le document 60 citations sur le thème des paysages étant devenu trop volumineux, nous avons décidé d'en retirer tout ce qui y relevait directement de textes en langues étrangères, de traductions ou de textes d'auteurs d'origine étrangère écrivant en français, C'est sur cette base que s'élabore désormais cette nouvelle page.

 

Apparences

« Les arbres

Nous sommes pareils à des troncs d'arbres dans la neige. On dirait qu'ils sont simplement posés, d'une chiquenaude on devrait pouvoir les pousser. Non, ce n'est pas possible, car ils sont solidement attachés au sol. Mais regarde bien : même cela n'est qu'une apparence . »

Franz Kafka

La métamorphose et autres récits. Traduction de Claude David. Gallimard, 1990 : p. 55.

 

Carte (au delà de la)

« … la lecture des catalogues (1) procure le même plaisir que celle de l'ancienne carte d'une ville ou d'un quartier, où l'on se promène dans des vestiges imaginaires, repérant un carrefour, se perdant dans un marché, longeant une douve, guettant son frémissement le long de la ligne sinueuse des murailles , qui disparaît à l'instant même où l'on croit le saisir. »

Dai Sijie

Par une nuit où la lune ne s'est pas levée, Gallimard, 2007 : p. 33.

(1) de la collection de l'empereur Huizong.

 

Ici maintenant

«  La brise printanière balaie les prés verts.

Les pluies ont cessé mais de l'eau s'égoutte encore des feuilles de bambous.
Soudain un oiseau blanc apparaît dans le paysage,
Faisant tache dans l'univers verdoyant de la montagne. »
 
P'o Yü-ch'ien (373-427)
 
 
Effet décoratif
«  Ces animaux (des ânes sauvages) que nous voyions pour la première fois, se trouvèrent être, pendant cette étape et plusieurs autres, le seul ornement d'un paysage dépouillé. Ils étaient d'ailleurs d'un bel effet décoratif. De la taille d'un mulet, brun foncé de pelage avec un ventre pâle, ils tournoyaient et galopaient à mi-distance, la tête haute, leur courte queue au vent.   »
 
Peter Fleming
Courrier de Tartarie, Phébus, 1989 (1936) : p.145.
Traduit par S. & P. Bourgeois
 
 

Oiseau de proie

« Egon Schiele voulait survoler les villes comme le ferait un oiseau de proie. La ville de Krunau dans le Sud de la Bohême, fut le modèle des villes représentées en perspective aérienne. Ville au bord du fleuve bleu II nous montre une agglomération entourée d'eau sur deux côtés et dont la vie se réduit aux couleurs. »

Wollfang Georg Fischer, Egon Schiele 1890-1918 Pantomimes de la volupté Visions de la mortalité. Taschen, 1998

 

Perversité

«  Oui, (Gertrude Stein) aimait les beaux paysages, mais elle ne voulait pas s'asseoir pour les regarder. Elle les avait vus et savait qu'ils étaient là. Puis elle s'est assise dans la direction d'autres. Très pervers. »

Paul Bowles

Entretiens avec Florian Vetsch, 1995

 

Préfiguration

« La montagne n'était pas plus haute qu'elle n'était vraiment profonde. Aussi même au sommet, levant les yeux, pouvait-on distinguer un à un les troncs dans leur alignement parfait. Ces cryptomères serviraient pour des constructions dans la tradition de l'art du thé, et ne serait-on pas tenté de dire que les lignes mêmes de la forêt en étaient comme une préfiguration ? »

Yasunari Kawabata

Kyoto, Albin Michel trad. Philippe Pons, p. 98

 

Regarder

«  Simplement regarder. Regarder ces nuages qui se forment et se reforment, les arbres, les oiseaux. Tout cela fait partie de la vie. Quand on regarde attentivement, assidûment, il n'y a rien à apprendre. Il n'y a que cet immense espace, le silence et le vide, l'énergie dévorante. »

Krishnamurti

Dernier journal, Ed. du Rocher, 1993

 

Sous le globe de verre

«  ...Le paysage donnait l'impression de quelque décor forcé et artificiel. Les monticules, les branches dépouillées évoquaient - ainsi adossées à un arrière-plan d'azur et de montagnes lumineux à l'excès - l'un de ces panoramas exotiques qui, sous des globes de verre, encadrent des animaux sauvages empaillés. »

Peter Fleming

Courrier de Tartarie (traduit par S. et P. Bourgeois), Phébus, D'ailleurs, 1989: p. 162.

 

 Subjectivité

« ... si l'on avait pas su que c'est un château, on aurait pu le prendre pour une petite ville. K. voyait seulement une tour ...»
Franz Kafka
Le Château, 1922. Traduction d'Axel Nesme.

 

Ténébres
 
"...The reaches opened before us and closed behind, as if the forest had stepped leisurely across the water to bar the way for our return. We penetrated deeper and deeper into the heart of darkness. It was quiet there..."

Joseph Conrad

1902, Heart of Darkness, Traduit par G. Jean-Aubry et A. Ruyters, 1920 : p. 153

 
Totalité divine
«  Son petit bateau, c'était lui-même, c'était sa petite existence bien délimitée, artificiellement préservée, et autour de lui, l'immensité grise était le monde, la totalité divine, où l'on pouvait se laisser tomber sans effort, ...»
Hermann Hesse
Le dernier été de Klingsor, Calmann-Lévy,  trad. Edmond Beaujon, 1973 : p. 215
 
Vacuité
 
«  Elle traversa la place de la gare, paysage vide où brillait le soleil, et s'éloigna jusqu'à devenir à son tour un point sans consistance dans l'espace.  »
Yasushi Inoué
Hyoheki (litt. Paroi de glace), Stock, 1957
 

«  À l’instant, dans le vide du paysage, une clameur s’éleva, dont l’acuité perça l’air immobile ainsi qu’une flèche pointue volant droit au coeur du pays, et comme par enchantement, un torrent d’êtres humains nus, avec des lances dans leurs mains, avec des arcs, des boucliers, des yeux féroces et des gestes sauvages, fut lâché dans la clairière par la sombre et pensive forêt. La brousse trembla. Les hautes herbes un instant s’inclinèrent, et ensuite tout demeura coi dans une attentive immobilité. »

Joseph Conrad 1902, Heart of Darkness,

Traduit par G. Jean-Aubry et A. Ruyters, 1920

 

Première édition : 24 septembre 2016
 

 

 

 

Voir les commentaires