Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sur le causse de Limogne, Escamps

Publié le par Paesaggio

Sur le causse de Limogne, Escamps

Escamps est le nom d'une commune quercinoise d'environ 200 habitants, située au sud de l'entaille de la vallée du Lot. C'est sur cette dernière que se trouve les deux lieux les plus connus des environs de ce village : Saint-Cirq-Lapopie et plus en aval, Cahors. Escamps est représentatif de la vie sur le causse de Limogne : établissement humain très ancien à proximité de points d'eau, économie pastorale ovine et caprine autrefois prospère, aujourd'hui en panne, déprise agricole, magnifique patrimoine architectural et paysager en pays calcaire, tourisme de séjour au poids économique assez médiocre... Il faut y ajouter l'exploitation ancienne de phosphatières. La population a dépassé 500 habitants au XVIIIe et au XIXe siècle pour tomber à 114 habitants en 1999. Aujourd'hui la commune est à la périphérie de la mouvance économique de Toulouse-Montauban. La création volontariste d'un bistrot-boutique animé par des jeunes donne à Escamps un nouvel élan démographique.

Image satellitaire mise à disposition par Google earthImage satellitaire mise à disposition par Google earth
Image satellitaire mise à disposition par Google earth

Image satellitaire mise à disposition par Google earth

Vieux puits (grande sompe) et gariottesVieux puits (grande sompe) et gariottes

Vieux puits (grande sompe) et gariottes

Le château d'Escamps (agrandir les photos en cliquant dessus)Le château d'Escamps (agrandir les photos en cliquant dessus)

Le château d'Escamps (agrandir les photos en cliquant dessus)

Vieux murs issus de l'épierrage des champsVieux murs issus de l'épierrage des champs
Vieux murs issus de l'épierrage des champs
Vieux murs issus de l'épierrage des champsVieux murs issus de l'épierrage des champs

Vieux murs issus de l'épierrage des champs

Maisons
MaisonsMaisons

Maisons

Voir les commentaires

Phasme bâton non identifié

Publié le par Paesaggio

Phasme bâton non identifié

Ce phasme a été photographié en soirée début septembre aux confins des départements des Landes et de la Gironde. Il ressemble à Clonopsis gallica et à Acanthoxyla inermis.A priori, il doit s'agir de la première espèce citée, commune en France.

Phasme bâton non identifié
Phasme bâton non identifié
Phasme bâton non identifié

Voir les commentaires

Aquitaine : un paysage climatique sujet d'inquiétude

Publié le par Paesaggio

Aquitaine : un paysage climatique sujet d'inquiétude

Qu'on se le dise : en Aquitaine (l'ancienne, pas la nouvelle) l'été 2016 a été grandement profitable aux nombreux touristes qui ont fait le choix de cette belle région : il n'y a eu pratiquement pas de pluie et des températures maximales journalières moyennes proches de 30° ! Le mois de septembre est parti sur le même rythme. Tout le monde s'en réjouit ou presque. En effet l'état de la végétation déjà touchée les années précédentes par des coups de chaud, inquiète, notamment sur le sable des Landes de Gascogne, et pas uniquement à cause des risques élevés d'incendies. Dans les sous-bois de chêne la mortalité est forte. Des plantes introduites comme Eleagnus ebbingei soit-disant résistantes à la pénurie d'eau, se meurent. Quant aux anciennes prairies sur sable autrefois destinées au pacage des ovins, elles partent en poussière. Le plus grave concerne les pins maritimes peu enclins à supporter de fortes sécheresses ; ils risquent donc dès l'hiver d'être attaqués par divers parasites. Est-on entré dans un nouveau cycle climatique ?

Station de Mont-de-Marsan (source : météociel)

précipitations en août 2016 : 3 mm nouveau record

précipitations cumulées de juillet et août 2016 : 11,9 mm [normale : environ 100 mm]

moyenne des maxima thermiques journaliers en août 2016 : 30,6°C

maximum enregistré en 2016 (le 19 juillet) : 40°6

Aquitaine : un paysage climatique sujet d'inquiétude
Aquitaine : un paysage climatique sujet d'inquiétude

Voir les commentaires

Topobioglyphe de Julien Gracq

Publié le par Paesaggio

Topobioglyphe de Julien Gracq

Ce topobioglyphe (figure localisant les lieux de vie majeurs d'une personne) est consacré au grand écrivain Julien Gracq, nom d'auteur de Louis Poirier. On constatera l'importance de Saint-Florent-le-Vieil, village de la rive gauche de la Loire en aval d'Angers (département du Maine-et-Loire). C'était le fief de sa famille paternelle depuis plusieurs siècles, son lieu de naissance, le cadre de son enfance, le lieu où il se ressourçait avant d'y prendre sa retraite en 1970. De l'oeuvre de ce passionné de géographie on retiendra

- Le château d'Argol, son premier roman :

- Un beau ténébreux ;

- Le rivage des Syrtes ;

- Un balcon sur la forêt ;

- La forme d'une ville.

Il est resté fidèle à son premier éditeur, Corti.

Voir les commentaires