Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le souvenir d'Ovide dans l'antique Tomis (Constanţa)

Publié le par Jean-Michel L.

Le poète romain Ovide fut exilé en l'an 9 (après JC) chez les Daces à Tomis devenue depuis Constanţa (Constanza) sur les bords de la Mer Noire. Cette décision d'Auguste aurait pu être motivée par le caractère osé de l' "Art d'aimer" mais en fait la cause de cette exil n'a jamais été trouvée. Ovide y rédigea les "Tristes", les "Pontiques" et un pamphlet intitulé Ibis, écrits où il dit son désarroi d'exilé. ll y mourût neuf années plus tard. D'Ovide, on montre aujourd'hui une statue récente (Ettore Ferrari, 1887) qui ne porte pas un nez particulier, Naso ayant été son surnom. Derrière, on voit la mosquée Mahmoud II, symbole de l'ancienne domination ottomane.

 

Constanta JML 2011 057R

Constanta JML 2011 062R

Commenter cet article

cão 05/05/2011 14:48



quel carrefour culturel



Jean-Michel 05/05/2011 17:45



pas trop embouteillé ces derniers temps !



christian lemenuisiart 05/05/2011 05:57



La statue est très pensive ! 


A bientôt



Jean-Michel 05/05/2011 17:42



Et elle a bien du temps devant elle...


Merci et à bientôt.



Hécate 04/05/2011 22:54



Ovide ..."Les métamorphoses"....lecture bien belle...:)



Jean-Michel 05/05/2011 17:38



Un petit extrait des Tristes d'Ovide à propos des habiatants de la région (les Gètes ou Daces) : "lls ne coupent ni leur chevelure
ni leur barbe, et leur main est toujours prompte à enfoncer le couteau meurtrier que tout barbare porte attaché à sa ceinture. Telle, ami, telle est la société au sein de laquelle vit ton poète,
sans songer aux folâtres amours. Voilà ce qui frappe ses yeux et ses oreilles. Eh ! puisse-t-il y vivre et ne pas y mourir, et que son ombre échappe du moins à ce séjour odieux ! 
"



nan 04/05/2011 21:35



Ovide, c'est presque scabreux. Il n'était sans doute pas si beau que son portrait. D'ailleurs qui s'en souvient?



Jean-Michel 05/05/2011 17:29



Ce n'était pas n'importe quel poète mais en parcourant ses textes, je comprends
pourquoi le latin me barbait !