Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La jeune fille au seau (pays Mahafaly, 1996)

Publié le par Paesaggio

Que peut donc être le lien entre ce portrait et le paysage ? Comme dans les tableaux italiens de la renaissance, le paysage (paesaggio) n'est pas une simple toile de fond interchangeable. Aussi anodin puisse-t-il paraître, il informe et donne davantage de sens au portrait.

Sur la gauche apparaît un objet difficile à identifier. C'est une case en falafa, c'est à dire en matériel végétal. En pays Mahafaly, les maison sont dérisoirement petites et légères. La totalité de la case est construite avec des matériaux locaux : bois, tiges et feuilles de grandes herbacées. C'est une indication sur le niveau de vie, très précaire. Pas d'eau courante, ni électricité.

A gauche, un arbre se dresse au-dessus d'une surface beige. C'est le sol, nu. Le climat ici est subaride : seulement 350 mm de précipitations par an avec un ensoleillement qui ferait rêver Marseille ou Nice : plus de 3 000 heures par an. L'arbre a une forme en cigare. On dit qu'il est pachycaule ce qui représente une bonne adaptation à la séchresse.

Enfin la fille. C'est une Mahafaly, une ethnie malgache que l'on trouve à côté de celle des Tandroy au sud du fleuve Onilahy. Elle porte un seau en plastique vert qui remplace les anciennes poteries. Aller chercher de l'eau représente plusieurs trajets quotidiens d'une centaine de mètres à plusieurs kilomètres. L'eau est un bien précieux que l'on utilise ici avec parcimonie.


Photo JML

Commenter cet article

Hécate 19/11/2009 10:36


Merci de ce complément , je vous remercie d'avoir pris le temps de passer sur le fil d'archal.
          Bonne journée.
                         Amicalement votre
                                                         
Hécate


Hécate 18/11/2009 22:56


Je découvre ici un monde autre...
                                                           
votre Hécate


Paesaggio 19/11/2009 09:19


Oui, c'est bien le terme un "monde autre" avec d'autres logiques sociales, économiques ou même individuelles. En tout cas, un monde attachant. Comme ce monde reste en grande partie francophone
(dans les villages on trouve toujours quelqu'un pour parler plus ou moins bien français), cela en nous permettant de communiquer plus facilement, nous donne des responsabilités.
Bien cordialement à vous, Hécate.