Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kidal et l'Adrar des Iforas (Mali), massif-refuge

Publié le par Jean-Michel L.

18°26'N, 01°24'E (Kidal)

Au Nord-Est du Mali s'étend l'Adrar des Iforas ou des Ifoghas : la toponymie ajoute un s à ce nom clanique touareg là où la grammaire interdit le s au pluriel. Et il ne faut pas faire comme les journalistes : prononcer ifogasse !

Ce massif saharien est un morceau de socle précambrien arasé ce qui donne localement de beaux reliefs appalachiens. Contrairement à des idées reçues, la vie y est plus facile que dans d'autres régions sahariennes. Il y fait un peu moins chaud et il y a un peu plus d'eau même si la rareté de celle-ci constitue une forte contrainte. Il faut prendre conscience d'un fréquent lieu-commun : la monotonie des plateaux rocheux sahariens. On verra plus bas sur les images satellitales qu'il n'en est rien. Cela a attiré au cours des âges l'attention de ceux qui vivaient en contrebas. Quel terrain rêvé pour une guerilla....

Les reliefs, peu prononcés (mieux vaudrait parler de plateau que de montagne: le mont Esai culmine à seulement 980 mètres), arrivent à accrocher quelques nuages, ce qui permet à la vie, y compris celle de pasteurs et de leurs troupeaux, de se maintenir le long d'une multitude de cours d'eau intermittents. En attestent une multitude de pistes qui strient l'espace, bien visibles sur l'imagerie satellitale.

Au cours de périodes humides du passé, l'activité humaine a été plus intense qu'aujourd'hui comme le prouvent de nombreux sites archéologiques. Au premier millénaire avant JC, comme les archéologues le constatent, l'Adrar ses Ifoghas était en effet habité à la fois par des populations hamitiques et par des Paléo-berbères. On ne sait rien de leurs relations mais il existait déjà plusieurs modes de vie opposant sédentaires et nomades. La végétation était bien plus dense qu'aujourd'hui et la faune proche de celle des actuelles savanes africaines.

 

On trouvera une bonne description de la région sur Wikimazigh.

 

MALI Kidal 2006 200 GE1

Kidal, la capitale régionale, en pleine croissance, traversée par un oued. Le fort qui domine la ville date de 1917, neuf ans après l'établissement d'un poste militaire français qui marque la création de la ville. La capitale traditionnelle Tademekkat date, elle, du VIIe siècle (image Google earth  2006, L = 800 m).

 

MALI Kidal 2012

Kidal  : paysage urbain (Google earth, 2012)

Mali 02

 

MALI Adrar GE2006 1

19°51'N, 01°13'E Habitat d'éleveurs sédentaires près d'un oued de l'Adrar des Ifoghas (imagerie GE 2006). On peut penser que le site est ancien vu les linéaments (autres que les haies)  qui aparaissent. 

 

MALI Kidal 2006 200 GE5

Enchevêtrement de linéaments, cassures tectoniques, oueds et pistes (Image Google Earth, L = 800 m)

 

MALI Kidal 2006 200 GE7

Structures circulaires soulignées par la végétation ligneuse (Image Google Earth, L = 800 m)

 

MALI Kidal 2006 200 GE6

Semis de rochers émergeant du sable (Image Google Earth, L = 800 m)

 

MALI Kidal 2006 1000 GE2

Cluses (Image Google Earth, L = 4 km)

 

MALI Kidal 2006 200 GE4

Formes et tracés (Image Google Earth, L = 800 m)

 

MALI Kidal 2006 7500 GE

Structure circulaire de l'Ijounyan, origine à déterminer (Image Google earth, L = 30 km)

 

Publié le 22/09/2010, complété le 29/01/2013

 

Commenter cet article

christian lemenuisiart 22/09/2010 05:53



C'est impressionnant !  



Paesaggio 22/09/2010 10:03



La Terre vue du ciel est toujours fascinante.



cão 22/09/2010 04:43



Sur ce terrain rêvé, ne pourrait-on pratiquer autre chose que la guérilla ou est-ce un mal moderne ?



Paesaggio 22/09/2010 10:18



La guerre là-bas certes c'est l'actualité immédiate mais c'est aussi (comme chez nous !) un long passé douloureux. Longtemps ce fût le loisir de certains clans entre eux mais aussi envers les
populations de la Boucle du Niger, porte du "Pays de l'Or". Le calme relatif qui a prévalu pendant quelques décennies coloniales a volé en éclat après l'indépendance du Mali.  Tout le monde
en est conscient : les frontières héritées de la colonisation ne valent pas grand chose mais un Etat touareg est improbable.