Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diabaly et le Fala de Molodo (Mali) : carte

Publié le par Jean-Michel L.

On parle de fala pour désigner un cours d'eau intermittent. Le Fala de Molodo est considéré comme un ancien bras du fleuve Niger. Il se perd aujourd'hui dans les sables mais son cours supérieur qui part de Markala est intensivement mis en valeur par l'Office du Niger, institution créée en 1920 et redynamisée à l'indépendance : à côté des casiers rizicoles, on observe des périmètres irriguées sucriers (canne) et maraîchers. Sur 100 000 ha irrigués, on produit notamment 500 000 tonnes de riz chaque année.  C'est dans cette région que l'on trouve les plus fortes densités de population du Mali, formées majoritairement d'agriculteurs bambara mais aussi d'autres communautés. L'éleveur nomade n'y est pas comme un poisson dans l'eau mais plutôt comme une pièce rapportée.

 

fala molodo

 

En beige : les terrains de parcours du bétail (bovins, ovins) ; ethnies dominantes : Peuls, Maures, Touaregs, Bella ; paysages faiblement végétalisés à quelques exceptions près.

 

En vert : les terres irriguées par l'Office du Niger. Ethnies majoritaires : Bambara, Soninké, Bozo, Songhaï.

 

MALI GE2006 Diabaly 1km

Diabaly : un gros village agricole traversé par un gros distributeur d'eau parallèle au fala - imagerie Google earth 2006

 

 

Commenter cet article

agence femme russe 01/02/2013 07:34


Très intéressant !

jean-luc saint-marc 21/01/2013 04:46


heureusement que la toile offre, à ceux qui veulent en savoir plus et mieux, le minimum nécessaire à une lecture simple de la réalité.


Merci JM !

Jean-Michel L. 22/01/2013 09:27



oui, le meilleur y est à qui sait chercher, le pire aussi à celui qui n'a pas les moyens d'un esprit critique.



jean-luc saint-marc 20/01/2013 12:28


et le fait d'être une pièce rapportée, comment se vit-il au Mali ?

Jean-Michel L. 21/01/2013 00:15



Vilaine formule provocatrice en réaction à des médias capables d'affirmer que les rebelles ayant investi Diabaly étaient touaregs et arabes et qu'ils étaient à Diabaly "comme des poissons dans
l'eau" ! Les éleveurs peul, touareg et maure de cette région (qui y ont donc une légitimité) sont depuis des siècles en conflit avec les agriculteurs sédentaires dont ils ont fait autrefois des
esclaves, et bien mal à l'aise dans les rizières et les villages de l'Office du Niger. Ce serait sympa que les journalistes fassent un jour l'effort de comprendre la région dont ils parlent. Il
serait notamment utile de dire que l'armée française arrive dans une région, le Nord du Mali, qui subit une guerre civile larvée depuis l'indépendance du pays. Elle devra y réconcilier les gens :
tache ardue mais indispensable.


Signé : une ancienne pièce rapportée.



Christian lemenuisiart 20/01/2013 09:26


Oui une belle explication mais elle n'est pas sur la région actuellement


A bientôt

Jean-Michel L. 21/01/2013 00:18



Le croquis d'analyse régionale sert à mieux comprendre. Comme les journalistes n'en font pas, on peut penser qu'ils ne cherchent pas à comprendre. Bonne semaine.