Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Araucaria araucana (Molina) K.Koch, en guise d'arbre de Noël

Publié le par Paesaggio

Araucaria araucana (Molina) K. Koch a été chronologiquement la première espèce connue de la famille des Araucariacées. C'était au Chili ; les Indiens Araucan sont à l'origine du nom du genre et de l'espèce de ce très beau Conifère à feuilles en écailles imbriquées. Originaires des Andes chiliennes, ces Amérindiens appelés également Mapuche ont résisté aux Incas puis aux Conquistadores qui ne réussirent pas à les soumettre. Mais vers 1880, le Chili entreprit des guerres de conquête contre ces Araucan qui vivaient dans des forêts de montagne formées de Nothofagus et d'Araucaria, difficilement pénétrables. Ces guerres firent des dizaines de milliers de morts chez les Araucan, victimes d'un véritable génocide. Depuis le début du XIXe siècle, ces conifères sont plantés en Europe. Curieusement, un importateur anglais les dénomma "désespoir des singes" : il croyait qu'il y avait des singes au Chili et que ceux-là ne pouvaient monter sur leurs branches couvertes d'écailles piquantes !

Pour rappel l'essentiel des espèces du genre Araucaria est endémique de la Nouvelle-Calédonie.

Ce magnifique spécimen se trouve à Frossay (44) dans le jardin du Logis de Saint-Front.

Frossay JML dec2009 096

Commenter cet article

Hécate 28/12/2009 14:37


Très sincèrement ,à peine une page sur les Mapuches dans ce roman. (j'en ai une chronique sur mon blog.)Mais ,c'est vrai ,ce passage m'est venu à vous lire :).
Ils sont donc à ce point de disparition?
                                                               
votre H.


Hécate 26/12/2009 19:51


"Le Mapuche savait ce que j'ignorais encore  ,il mesurait d'instinct toutes ces forces agitées par le moment et le lieu ." (Robert Alexix "La robe" )

J'ai en lisant votre texte pensé à ce passage du roman. Il ne se déroule pas en ce pays,cependant.Une simple réminiscence au cours de la narration.
                                                                                             
votre Hécate


Paesaggio 28/12/2009 14:32


Un bon argument pour que je le lise enfin ce roman, avant que les derniers Mapuche aient disparus (au Chili on les opprime encore) !


jean-luc saint-marc 25/12/2009 15:31



Celui du parc parisien des Buttes-Chaumont, près du pont des suicidés est marqué pour l'abattage.
Faut voir la gueule qu'il tire depuis une demie douzaine d'années, prêt à plonger dans le précipice.
Son absence va libérer le regard ...



Paesaggio 26/12/2009 17:07


Parfois le destin est cruel : un "désespoir des singes" prêt à plonger dans le précipice à côté du pont des suicidés ! J'espère que la nouvelle année commencera mieux.