Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Morondava en route vers Betania

Publié le par Paesaggio

Nous sommes à Morondava, la capitale du Menabe. Sur la Kabatomena bordée de palétuviers, les goélettes attendent pour repartir. Les enfants explorent la lagune avec leur petite pirogue.



Commenter cet article

Hécate 08/11/2009 22:08


Contente de vous savoir ...là.Vous êtes un grand voyageur.J'ai caressé un aigle en Tunisie...mais ,je voyage avec mon imagination,et sur les photos ,la poésie. Monfreid ,Guaguin...J'ai
lu un splendide livre sur Gauguin...
                                                                                                 
votre Hécate


Nan 07/11/2009 22:55


je ne peux faire mieux que Baudelaire...


Paesaggio 08/11/2009 21:48


C'est l'heure du retour à la grisaille bordelaise. Bises.


cão 07/11/2009 15:55



Va falloir un putain de zef pour tirer pareilles gabares, une fois chargées !!??


Paesaggio 08/11/2009 21:50


Oui, le tsiokantimo souffle fort du Sud. pas contre dur de revenir vers Tuléar.


Hécate 06/11/2009 16:44



"Une île paresseuse où la nature donne
Des arbres arbres singuliers et des fruits savoureux ;
Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et des femmes dont la franchise étonne.

Guidé par ton odeur vers de charmants climats ,
Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine". (Ch.Baudelaire)
                           
                                                 
amicalement.
                                                                        
votre Hécate



Paesaggio 08/11/2009 22:02


Magnifique poème... dont je n'aurais pas la prétention de dire qu'il est bien illustré par ces photos et la suivante que je viens de mettre en ligne.
Morondava comme Tuléar, c'est à la fois un peu l'Erythrée de Monfreid, un peu la Tahiti de Gauguin avec un zest du monde malais de Conrad (les Vezo ne sont-ils pas les descendants des Bajau). C'est
pourquoi je reviens sans cesse avec plaisir me ressourcer dans cette région où j'ai vécu autrefois. Amicalement