Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En Amazonie péruvienne, les Aguarunas contre les pétroliers

Publié le par Jean-Michel Lebigre

Ici il ne s'agit pas d'exploitation minière, comme dans les pages précédentes de la rubrique "paysages miniers" http://paesaggio.over-blog.com/categorie-10917273.html , mais pétrolière dans les régions tropicales. C'est un autre exemple du peu de considération que les grandes sociétés et certains gouvernements ont des communautés locales lorsqu'il s'agit de faire de fabuleux bénéfices grâce au prélèvement des ressources naturelles.


Les Aguarunas font partie de la grande communauté amérindienne  Jivaro.  Au nombre d'environ 45 000, ils vivent dans la grande forêt pluviale du Nord-Est du Pérou (image Google Earth 1 : au sud de Yurimaguas), au pied des Andes, notamment sur les rives du Marañón.


En ce début du mois de juin 2009, des affrontements avec les forces de l'ordre péruvienne ont fait au moins 35 morts le long de la route qui va de Yurimaguas (images Google Earth 2 et 3) à Tarapoto. Celle-ci était coupée depuis 35 jours et le Premier ministre Yehude Simon a donné ordre de la rouvrir coûte que coûte. Depuis le mois d'avril 2009, l'AIDESEP (Asociación Interétnica de Desarrollo de la Selva Peruana : 1350 communautés, 65 groupes ethniques, 600 000 personnes environ) et son chef Alberto Pizango sont en insurrection et bloquent des routes, des oléoducs des voies fluviales (Huallaga et Paranapura) dans le Nord-est amazonien. La principale société pétrolière concernée est Pluspetrol, une compagnie argentine mais sont également concernées des compagnies minières.  Les Indiens protestent contre des décrets-lois adoptés en 2007 et 2008. La médiatisation autour de ces évènements semble se faire aux détriments du gouvernement péruvien qui gère la situation de manière désastreuse.


L'enjeu est important, et pour les paysages forestiers déjà touchés par la déforestation pastorale et agricole (image Google Earth 4), et pour la survie de ces groupes indiens dont les droits territoriaux sont ouvertement bafoués par les pétroliers avec la caution du gouvernement péruvien.

 


 


Commenter cet article