Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carbones del Cerrejón (Colombie) ou la mine aux dépens des Wayuu

Publié le par Jean-Michel Lebigre

Voilà un exemple, choisi en Amérique du Sud, illustrant bien le phénomène  redondant d'activités minières se faisant aux dépens des intérêts et de la santé des populations locales. Comme cela implique une société suisse, de vives protestations ont déjà été émises dans ce pays (groupe de travail Suisse-Colombie  ASK intervenu en janvier 2007) et des reportages sur le sujet sont déjà passés à la télévision suisse romande.

Carbones del Cerrejón est la société exploitant la mine de charbon du même nom. Ce serait la mine à ciel ouvert la plus grande du monde (69 000 ha, voir images Google Earth). Elle se situe dans la région de la Guajira dans le Nord-est de la Colombie. La compagnie El Cerrejón résulte de l'alliance depuis 2002 entre BHP Billiton (Australie), Anglo American  (Royaume-Uni) et Xstrata (Suisse). 

Xstrata  et Glencore (société suisse de courtage qui possède la majorité des actions de Xstrata ; toutes deux sont basées à Zoug) sont accusées d'avoir rasé des villages  wayuu et exproprié leurs habitants de force avec la complicité des autorités et de l'armée. colombiennes Les deux sociétés sont par ailleurs en conflit avec le syndicat des mineurs pour corruption et violations  des droits de l'homme. Amnisty International a mis en avant le cas du petit village afro-colombien de Tabaco dont les habitants ont été expulsés en 2001 http://www.amnesty.ch/fr/actualite/magazine/52/colombie.
 
En fait les problèmes ont commencé il y a 28 ans : " ... En septembre 1981, une grande partie du territoire appartenant depuis des siècles à la communauté wayuu de Media Luna a été usurpé pour construire le port d'embarquement de charbon de El Cerrejón. L'entreprise minière et le communauté se sont vivement affrontées lors d'une négociation, allant jusqu'aux menaces physiques. Les Wayuu voulaient obtenir une juste indemnisation leur permettant une réinstallation sur un autre territoire et le déplacement des cimetières. Mais la communauté a dû finalement céder, sans obtenir ce qui était attendu. De la même manière, les communautés Caracoli et Espinal qui s'étendaient sur 1000 hectares de terres et où vivaient 350 indigènes wayuu ont été déplacées en 1991 et leurs villages détruits... "
http://www.askonline.ch/themen/dokumenten/Declaration%20Cerrejon.09.07.pdf

La région est par ailleurs polluée par des particules provenant de la mine affectant aussi bien l'air que l'eau des cours d'eau. Cette situation pourrait être à l'origine des nombreuses pathologies dont souffre la population. Celle-ci est appauvrie par les expropriations arbitraires et sujette à la malnutrition. Le climat social est désatreux du fait de la présence de forces de sécurité privées, d'unités de l'armée nationale et de paramilitaires.









Commenter cet article